SimPlement.Pro

Posté par khalfi1 le 22 juin 2020

SimPlement.pro

Publié dans divers, littérature, livres | Pas de Commentaire »

Lever de soleil.

Posté par khalfi1 le 27 janvier 2020

Publié dans divers, géographie, Panorama, paysage, vidéo | Pas de Commentaire »

Un système d’enseignement coûteux

Posté par khalfi1 le 2 décembre 2019

Capital

Cher et peu efficace, le grand gaspillage du système éducatif français

 
Caroline Robin
 
 
Un système d'enseignement coûteux dans divers

Ce que vous ignorez sur les chaînes de fast food
7

10 conseils pour augmenter son salaire
Cher et peu efficace, le grand gaspillage du système éducatif français© Kiattisak Lamchan / EyeEm / Getty Images Cher et peu efficace, le grand gaspillage du système éducatif français

Selon une étude de l’Institut économique Molinari, publiée ce lundi 2 décembre, notre système d’éducation et de formation, qui coûte chaque année 155 milliards d’euros à l’État, demeure inégalitaire, inefficace et inadapté au marché de l’emploi.

“La France peut mieux faire”. Tel est le constat tiré par l’Institut économique Molinari (IEM) qui, dans une étude publiée ce lundi 2 décembre, a évalué le système d’éducation et de formation français en comparant ses performances à celles de ses voisins européens. Et les 155 milliards d’euros investis chaque année ne suffisent pas pour permettre à l’Hexagone de se hisser parmi les meilleurs élèves. Classée 17e sur 27 pays européens étudiés, la France se situe loin derrière des pays du Nord comme la Finlande alors que ses dépenses sont supérieures de 27%.

 

>> A lire aussi – Comment Coorpacademy est devenu le Netflix de la formation professionnelle

Outre le fait que la France ne parvient toujours pas à réduire les inégalités de réussite scolaire entre les élèves issus de différents milieux sociaux, l’IEM juge sévèrement son système éducatif qu’elle considère généralement inefficace et surtout en inadéquation avec le monde du travail. Pour preuve, alors que l’Hexagone compte plus de diplômés de l’enseignement supérieur que la moyenne européenne (45,21%, contre 38,7%), leur taux d’emploi est plus faible : 79,2%, contre 81,9% pour l’Union européenne. Une bien mauvaise performance, d’autant que des pays qui dépensent presque autant que la France, comme les Pays-Bas et le Royaume-Uni affichent un taux d’emploi des élèves de l’enseignement supérieur de 90% ! L’étude souligne aussi que dans plusieurs secteurs, en France, le nombre de personnes surqualifiées par rapport à l’emploi qu’elles occupent est supérieur à la moyenne européenne. Par exemple, 13,5% des emplois scientifiques et techniques sont occupés par des personnes surqualifiées, contre 7,5% en moyenne sur le Vieux continent.

La France pourrait économiser jusqu’à 43 milliards d’euros

“La volonté de conduire la majorité des étudiants jusqu’au baccalauréat général se traduit par une sous-utilisation de l’apprentissage, pourtant plus efficace que l’enseignement professionnel pour trouver un emploi”, estime l’IEM. “Plus grave encore cette stratégie réduit dans les faits la possibilité pour les élèves n’appréciant pas le système scolaire de se tourner vers un parcours professionnalisant”. Ce qui expliquerait en partie, selon l’étude, le taux de jeunes ni scolarisé, ni employé, ni en formation qui atteint le chiffre impressionnant de 13% dans l’Hexagone.

>> A lire aussi – La nouvelle application mobile du gouvernement pour « révolutionner » la formation professionnelle

Selon l’IEM, si la France prenait davantage exemple sur les pays qui préparent le mieux les élèves vers le marché de l’emploi, comme la Finlande, l’Islande, ou la Norvège, elle pourrait économiser jusqu’à 43 milliards d’euros. Contrairement à l’Hexagone, ces pays valorisent beaucoup les cursus professionnalisants, notamment l’apprentissage, et prônent une forte autonomie des enseignants, c’est-à-dire plus de liberté dans le contenu de leurs cours, le choix des supports et des méthodes, mais également dans les modalités d’évaluation des élèves.

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

Publications Publiwiz

Posté par khalfi1 le 14 juin 2019

Recommandations 

Faire connaître un ouvrage qui vient de paraître, organiser sa diffusion et sa distribution constituent un processus très important pour que celui-ci puisse bien se vendre. Il est même essentiel. On dit volontiers qu’un livre mal diffusé, mal distribué est un livre voué à l’échec. Comment en effet aurait-il des chances de parvenir à son futur lecteur ?…Mettre à profit tous les canaux de diffusion possible pour toucher sa cible est primordial pour donner au livre toutes ses chances. Aux Editions Publiwiz, nous ferons le maximum, grâce à notre partenariat avec SpreadBoek.com/.

Il est toutefois important de noter, compte tenu de la masse de la production littéraire en France, que la diffusion d’un ouvrage s’avère difficile aujourd’hui et nécessite également l’implication des auteurs eux-mêmes. A ce titre, conseil vous est donné de faire appel à vos réseaux afin de procéder à la communication la plus large possible de la sortie de votre livre.

Si vous n’avez pas encore acquis de notoriété, ne vous attendez pas à être d’office, invité sur les plateaux de télé, à la radio ou à faire la une d’un magazine de presse. La maison d’édition fera tout ce qui est en son pouvoir pour que votre ouvrage soit visible et se vende, mais l’auteur devra faire sa promotion sur le terrain : le faire découvrir à ses proches en leur conviant de laisser des commentaires sur les sites de vente en ligne où il sera référencé, en envoyer au journal de la mairie ou aux médias de votre région afin qu’ils en fassent un article, participer à des prix littéraires en consultant la rubrique dédiée à cet effet sur le site http://www.livreshebdo.fr/

Si vous êtes un adepte des réseaux sociaux, il vous faudra créer vos pages personnelles, intervenir sur les forums de lecteurs et profiter, tant faire que se peut, de la formidable caisse de résonance offerte aujourd’hui sur Intenet pour se faire connaître.

Certains auteurs s’étonnent souvent de ne pas voir leur livre exposé dans les librairies ou grandes surfaces. Sachez que ces diffuseurs ne peuvent exposer tous les ouvrages qui paraissent en France. Seuls les auteurs qui se vendent bien ou les ouvrages qui font l’objet d’une grande demande de la part du public ont ce privilège. Mais ces structures restent ouvertes au démarchage – c’est ce que font nos commerciaux – et permettent aux auteurs qui les sollicitent de promouvoir leur livre grâce à des séances de dédicace. N’hésitez pas à les contacter car chacun y trouve son compte.

Si nous constatons que l’auteur s’implique dans la promotion de son ouvrage à sa sortie, la maison d’édition tâchera d’amplifier ses démarches grâce à ses collaborateurs qui maîtrisent les divers canaux de la publicité sur le web. Nous tenons par là, à insister sur le fait qu’il est important que les actions de communication soient menées des deux côtés. Une campagne de publicité coûte chère et c’est la raison pour laquelle, même les grandes maisons d’édition n’en font que pour leurs auteurs dont la notoriété est déjà établie. Nous sommes prêts à débloquer un budget Com°, pour un auteur mais il devra le mériter.
Faites parler de vous. Sortir de l’anonymat est une nécessité pour vivre de sa plume.

Le service communication

EDITIONS PUBLIWIZ
6 rue de Musset 75016 Paris

Publications Publiwiz dans culture

 

SPREADBOEK.COM
 
Notre métier: la distribution et la diffusion de livre. Vous êtes un éditeur ou un auteur auto-édité, un de vos ouvrages vient de paraître, nous nous chargeons d’asseoir sa visibilité.

 

Publié dans culture, divers | Pas de Commentaire »

Web TV Culture

Posté par khalfi1 le 18 décembre 2017

Publié dans culture, divers | Pas de Commentaire »

Amazon à petit prix

Posté par khalfi1 le 15 décembre 2017

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

Amazon Prime

Posté par khalfi1 le 11 décembre 2017

Publié dans actualité, divers | Pas de Commentaire »

MINI Réfrigérateur

Posté par khalfi1 le 2 décembre 2017

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

Lustre salon

Posté par khalfi1 le 27 novembre 2017

Publié dans actualité, divers | Pas de Commentaire »

Papier décoration

Posté par khalfi1 le 27 novembre 2017

Publié dans actualité, divers | Pas de Commentaire »

Papier Mural

Posté par khalfi1 le 27 novembre 2017

Publié dans actualité, divers | Pas de Commentaire »

Lampe Amazon

Posté par khalfi1 le 27 novembre 2017

Publié dans actualité, divers | Pas de Commentaire »

Bannière Amazon

Posté par khalfi1 le 19 octobre 2017

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

Boutique Amazon

Posté par khalfi1 le 4 août 2017

http://amzn.to/2u99UDm

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

Jean Baudin

Posté par khalfi1 le 3 juillet 2017

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube" onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans divers, Non classé, vidéo | Pas de Commentaire »

Twitter

Posté par khalfi1 le 10 juin 2017

Publié dans divers, vacances | Pas de Commentaire »

Le site de Web Tv culture

Posté par khalfi1 le 31 janvier 2017

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube" onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans culture, divers, Fiction, littérature, vidéo | Pas de Commentaire »

Endroits pour les vacances.

Posté par khalfi1 le 16 août 2016

Publié dans divers, géographie, musique, Nature, Panorama, paysage, Tourisme, vacances, vidéo | Pas de Commentaire »

Vacances de tout et de rien

Posté par khalfi1 le 11 août 2016

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

Tv Web Culture

Posté par khalfi1 le 10 juillet 2016

Publié dans culture, divers, librairie, littérature | Pas de Commentaire »

Nouveau grand centre commercial à Sétif

Posté par khalfi1 le 3 février 2016

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube" onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans actualité, divers | Pas de Commentaire »

L’auto-édition

Posté par khalfi1 le 18 janvier 2016

Aller au contenu principal

Auto-édition : sommes-nous des imposteurs ?

Auto-édition pour qui ? Auteur : est-ce fait pour vous ?

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de l’auto-édition : sommes-nous des imposteurs ?

Pour plus de fun, ce sera par le biais du livre de Charlie Bregman, spécialisé en auto-édition.

En même temps, je tenterai de répondre à cette terrifiante et glaçante question posée dans le titre.

Oui parce que hier, je suis allée voir Charlie Bregman, puisque nous habitons à 15 km l’un de l’autre. C’était notre deuxième rencontre.
Et que font 2 auteurs qui se rencontrent ?
Ils parlent.
Et de quoi ils parlent ?
D’écriture. D’auto-édition. De l’avenir de l’édition. De sa transformation dans notre société à l’ère du numérique.

Auto-édition : Sommes-nous des imposteurs ? -

Charlie Bregman a écrit plusieurs ouvrages de fiction et guides pratiques pour l’auteur (une sélection tout en bas). Son site Auteurs Indépendants parle d’auto-édition depuis 2006.

Je vais donc chroniquer pour vous son livre sur l’auto-édition : une enquête très complète auprès de 130 auteurs indépendants ! (Disponible numérique ou papier p’tit clic ici)

Auto-édition : Sommes-nous des imposteurs ?

Donc à travers les âges cet ouvrage, vous allez découvrir à propos de l’Auto-édition : sommes-nous des imposteurs ? Je n’ai pas forcément suivi l’ordre chronologique du livre dont j’ai extrait des passages. Ni bien sûr parlé de tout, loin de là !

J’ai choisi quelques-uns des nombreux graphiques présents dans l’ouvrage pour agrémenter cet article.

Les extraits de son livre (qui ne sont donc pas mes propres mots) sont indiqués en italique.

Vous allez découvrir les points suivants :

  • C’est quoi l’auto-édition ?
  • Pourquoi devient-on auto-édité ? (c’est vrai, quelle idée)
  • Un auto-édité doit porter plusieurs casquettes (non mais c’est du masochisme !)
  • Le marketing d’auteur (c’est quoi cette bête ?)
  • Les rêves les plus fous des auto-édités (c’est pas la lune non plus)
  • Ma conclusion (qui est la meilleure de toute la terre dans les siècles à venir)
  • Sélection d’ouvrages de Charlie (fiction et guides pratiques sur l’écriture)
  • Mes ressources pour l’auto-édition, le marketing d’auteur et les techniques narratives

Auto-édition, pour qui, pouquoi ?

L’auto-publication

D’abord, ne pas confondre l’auto-édition avec l’auto-publication (ou édition à compte d’auteur).

Pour preuve, Arnaud Nourry, le PDG du groupe Hachette « himself », a prononcé la terrible phrase dans « Les Echos » :

L’auto-édition a toujours existé : ça s’appelle l’édition à compte d’auteur.

Phrase assassine qui a d’ailleurs valu un livre : l’auteur Stéphane Ternoise lui a consacré son sujet.

Pour rappel, l’édition à compte d’auteur est le fait de payer un éditeur pour voir publié son livre (le premier prix démarre à 1600 € et peut aller jusqu’à 3 fois plus cher). Et ce, quelle que soit sa qualité. Autrement dit, n’importe quel torchon peut se retrouver imprimé et propulser son auteur auto-proclamé comme écrivain. (Petite enquête ici)

Ces éditeurs se chargent de l’aspect technique du livre et de l’imprimer. C’est à peu près tout. Souvent, pour ne pas dire presque toujours, le roman du siècle n’est même pas corrigé ! C’est à l’auteur visiblement de s’en charger (ou pas !). Enfin la diffusion est inexistante ou très faible.

C’est donc plutôt une approche commerciale que véritablement éditoriale.

J’ai une petite anecdote à vous raconter à ce sujet. Lorsque j’avais environ 18 ans, j’ai écrit mon premier roman. Mon premier texte qui n’était pas une rédaction. J’avais écrit ma première mini-histoire ! Ce n’était pas très long et il était question d’un enfant juif fait prisonnier dans un camp durant la Seconde G.M. C’était bien sombre. Et le titre était, je m’en souviens, « Bouton de rose barbelé ».

J’étais très fière, je l’avais imprimé et relié pour voir ce que ça donnait. N’y connaissant rien au monde de l’édition, et alors qu’internet n’existait pas encore (« godness », comment faisait-on des recherches à cette époque ?!), je suis tombée je ne sais plus comment sur une maison d’édition à compte d’auteur. J’ignorais, dans ma grande candeur, de quoi il retournait. Mais lorsque j’ai reçu leur courrier disant à peu près ceci : « Chère Mademoiselle Loup, nous avons le plaisir de vous annoncer que votre manuscrit […] a su retenir favorablement toute notre attention », j’étais aux anges !

Heureusement, ça ne s’est pas fait finalement. Trop cher pour moi. C’est après coup que j’ai appris que tout pouvait être publié, dans un système compte d’auteur. Aie, la gloire, ce ne serait pas pour tout de suite !

L’auto-édition

L’arrivée d’Amazon en France en 2012 a marqué le début d’une ère de folle liberté pour l’auteur.

Liberté inégalée jusqu’alors, puisque désormais, tout auteur ou aspirant auteur pouvait directement proposer son livre à ses futurs lecteurs !

En effet, l’auto-édition est la possibilité, facilitée par l’ère du numérique, de publier soi-même son livre. En fait, de faire tout le travail d’un éditeur.

Paf ! De la feuille à la fenêtre du monde. Tout seul, comme un grand. Et tout ça, sans passer par la case éditeur.

Bien sûr, cela a amené aux premières dérives. Des manuscrits vraiment pas pro. Ce qui fait qu’encore aujourd’hui, par méconnaissance du phénomène et des aspirations des « Indés » (auto-édités ou indépendants), l’auto-édition reste le vilain petit canard du monde du livre.

Dans l’esprit de beaucoup de libraires notamment.

Et même auprès de certains publics, habitués aux éditeurs traditionnels (et fort connus !)

La confusion règne !

Ok, donc un auto-édité n’est pas un auto-publié. Et c’est un vrai travail qui l’attend :

En effet, un vrai travail d’auto-édition consiste a minima à :
écrire le livre (casquette d’auteur), le (faire) relire et le (faire) corriger (travail préalable d’édition), le publier (auto-publication), s’activer à le faire connaître (promotion), le mettre en vente  (commercialisation), assurer son acheminement jusqu’aux lecteurs (distribution), puis écrire d’autres livres !

Auto-édition : Sommes-nous des imposteurs ?

Motivation de l’Indé

Bien sûr, on ne devient pas un auteur parce qu’on publie un livre. On le devient parce qu’un certain nombre de lecteurs l’ont apprécié.

Ce qui implique d’écrire dans le respect de ses lecteurs. D’écrire de façon pro. Et ça, c’est du travail ! Même si on n’a pas à passer 18 heures par jour à écrire, comme le faisait Balzac.

Pour autant, très peu d’auteurs vivent vraiment de leur plume. Le Graal pour les plus passionnés d’entre nous. Le Graal pour moi, en tout cas. L’enquête révèle que 98 % des auteurs sont obligés d’avoir un second métier puisqu’ils touchent seulement 8 % du prix de vente d’un livre (en circuit traditionnel, et non auto-édité, vous suivez ?).

Alors si par définition, un auto-édité n’a pas d’intermédiaires dans la chaîne du livre, on est en droit de penser qu’il va gagner bien plus. Vous allez le voir plus bas, patience.

Pourquoi devient-on auto-édité ?

Vous allez plonger au cœur des pires ténèbres aspirations secrètes des « Indés ».

Auto-édition : Sommes-nous des imposteurs ?

Pourquoi choisir l’auto-édition

L’enquête révèle donc qu’1/4 seulement a choisi cette voie par dépit (pas trouvé d’éditeur).

En revanche, les 3/4 l’ont choisie pour la liberté qu’elle offre. Parmi eux, presque la moitié révèlent une stratégie à long terme, visant à trouver un éditeur :

  • 25 % souhaitent gagner en visibilité afin qu’un éditeur les contacte
  • 17 % souhaitent se constituer un lectorat avant de contacter un éditeur.

Et que peut-on trouver dans la dernière catégorie « autre » ?

  • rapports avec leur éditeur
  • être plus efficaces dans la promo de leur livre
  • avoir une rémunération plus en rapport avec le travail fourni
  • manque de temps pour chercher un éditeur
  • manque de temps pour travailler le marketing (on y revient un peu plus bas car c’est en effet nécessaire)
  • faible coût de l’auto-édition
  • vraie opportunité
  • sorte de thérapie
  • par hasard.

L’enquête révèle également qu’un tiers des auto-édités a déjà été publié chez un éditeur traditionnel. Et justement :

Que pensent les auto-édités de l’édition traditionnelle ?

Pour ce tiers déjà passé par la case « tradi » mais ne le sont plus, les raisons de leur choix varient mais englobent la déception, même si certains gardent espoir d’être à nouveau édités traditionnellement :

  • le manque d’implication de leur ancien éditeur pour les promouvoir
  • le manque de transparence de leur ancien éditeur sur le nombre de ventes
  • les droits d’auteur impayés
  • des contrats abusifs (participation aux frais)
  • leur indécision face à un tirage épuisé
  • inaction vis-à-vis du format numérique
  • faillite de l’éditeur
  • plus grande proximité avec les lecteurs grâce à l’auto-édition
  • satisfaction d’être responsables de A à Z de leur ouvrage
  • constatation d’un plus grand nombre de ventes en auto-édités

Que pensent les auto-édités de l’auto-édition ?

Les Avantages :

Auto-édition : Sommes-nous des imposteurs ?

La liberté arrive loin devant tout le reste !

Tous les détails de l’analyse, ainsi que certaines phrases des participants à l’enquête, se trouvent dans l’ouvrage "</p

Publié dans divers, librairie | Pas de Commentaire »

Paris

Posté par khalfi1 le 3 août 2015

Paris

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

La disparité des salaires commentée par Le Point

Posté par khalfi1 le 23 juillet 2014

Capture

Publié dans actualité, divers | Pas de Commentaire »

Promenade

Posté par khalfi1 le 4 juillet 2014

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

Saint Augustin

Posté par khalfi1 le 2 décembre 2011

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube" onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans divers, Histoire | Pas de Commentaire »

Instruction et culture.

Posté par khalfi1 le 15 juin 2010

On peut se poser la question suivante : Un individu cultivé est-il toujours instruit ? Et vice versa. S’il est instruit, peut-on dire qu’il est cultivé ? Chacun répondra selon ses propres visions et selon ses propres conceptions du monde, dans un sens ou dans un autre. Moi, j’estime que si l’instruction et l’apprentissage sont nécessaires pour former l’esprit de la jeunesse, ils pourraient ne pas être suffisants pour donner naissance à un  être éduqué et cultivé, ayant un sens aigüe du savoir-vivre. Il me semble, en effet qu’on a beau posséder beaucoup de bagages ou diplômes spécifiques, rien ne saurait remplacer une bonne éducation et une culture générale étendue que seule l’expérience de la vie au quotidien peut apporter. Car si l’instruction à l’école, au lycée, à l’université, devrait être une priorité pour chacun de nous, elle est loin d’être probante pour développer un sens critique élevé et un jugement juste et équitable de la part de ceux qui se croient supérieurs aux autres. Que des fois j’ai vu des gens trop imbus de leur personnalité « instruite », ne faire preuve d’aucune culture bien comprise. C’est pour cela qu’il vaut mieux « une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine ».

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

Splendeurs et misères des courtisanes-Honoré de Balzac

Posté par khalfi1 le 14 mai 2010

Le juge d’instruction

 Aucune puissance humaine, ni le roi, ni le garde des sceaux, ni le premier ministre ne peut empiéter sur le pouvoir d’un juge d’instruction, rien ne l’arrête, rien ne le commande. C’est un souverain soumis uniquement à sa conscience et à la loi. En ce moment, où philosophes, philanthropes et publicistes sont incessamment occupés à diminuer tous les pouvoirs sociaux, le droit conféré par nos lois au juge d’instruction est devenu l’objet d’attaques d’autant plus terribles, qu’elles sont presque justifiées par ce droit, qui, disons-le, est exorbitant. Néanmoins, pour tout homme sensé, ce pouvoir doit rester sans atteinte ; on peut, dans certains cas, en adoucir l’exercice par un large emploi de la caution ; mais la société, déjà bien ébranlée par l’inintelligence et par la faiblesse du jury (magistrature suprême et auguste, qui ne devrait être confiée qu’à des notabilités élues), serait menacée de ruine si l’on brisait cette colonne qui soutient tout notre droit criminel.  

Publié dans actualité, divers, littérature | Pas de Commentaire »

La valse d’Amélie

Posté par khalfi1 le 24 février 2010

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans culture, divers, musique | Pas de Commentaire »

Culture et éducation

Posté par khalfi1 le 19 février 2010

Il existe des gens qui disent qu’on peut être instruit sans être éduqué. Par contre, d’autres affirment qu’on peut être éduqué sans être instruit. Moi, je pense qu’il est possible d’avoir un juste milieu. Car une culture bien assimilée laisse entendre une bonne éducation et un esprit très large ouvert sur toutes les connaissances possibles de l’esprit. Malgré la diversité des Nations et des « Etats » qui la composent, l’humanité est une et indivisible. Cela n’empêche pas chaque individu, de réfléchir sur sa propre condition, sur sa propre personnalité, sur son propre destin, indépendamment de ses voisins, proches ou lointains. S’il est donc indéniable que culture et instruction se complètent, dans tous leurs aspects généraux,  scientifiques, techniques ou moraux, il n’en demeure pas moins exact que l’être humain a surtout besoin aussi d’une formation spirituelle et affective intérieure. Sinon, il ne restera qu’un animal, certes doué d’intelligence, mais un animal quand même, peu distinct, de par sa structure, des autres espèces vivantes.

Publié dans culture, divers | Pas de Commentaire »

C’est quoi la civilisation.

Posté par khalfi1 le 22 janvier 2010

Les uns disent que la civilisation est un ensemble de coutumes, de traditions, d’arts, de cultures, de croyances, de techniques et d’inventions qui caractérisent l’état d’une société. 

Les autres affirment qu’une civilisation n’est rien qu’un ensemble de facteurs d’ordre économique, linguistique, politique, géographique, géologique, et même « racial » d’un pays ou d’un groupe de pays. 

Tout ce qu’on peut dire, ce n’est qu’aucune civilisation ne ressemble à une autre, mais peut en être un complément. Elle peut aussi être un héritage ou une succession.

Dans le dictionnaire, je vois la définition suivante : La civilisation est un ensemble de caractères propres à la vie intellectuelle, artistique, morale et matérielle d’un pays ou d’une société.

En tout cas, ce que l’on omet de préciser, ce n’est qu’aucune civilisation n’est durable, devant les cataclysmes naturels ou provoqués par l’homme. La faim, les épidémies et les maladies infectieuses, la pollution croissante de la planète sont également un danger pour toute forme de civilisation. En un mot, rien n’est immuable. Espérons que l’évolution continuelle des techniques et des sciences apportera plus de bien à l’humanité. Sans détruire la civilisation.

 

Publié dans culture, divers, science | 4 Commentaires »

Citation de Céline

Posté par khalfi1 le 12 octobre 2009

Louis-Ferdinand Céline

Publié le 19/01/2008 à 12:00 par oufakkir

Louis-Ferdinand Céline

L’amour c’est comme l’alcool, plus on est impuissant et saoul, et plus on se croit fort et malin, et sûr de ses droits
 

La beauté, c’est comme l’alcool ou le confort, on s’y habitue, on n’y fait plus attention.

Voyager, c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination. Tout le reste n’est que déceptions et fatigues.

La vie c’est ça, un bout de lumière qui finit dans la nuit.

Si les gens sont si méchants, c’est peut-être seulement parce qu’ils souffrent.

La plupart des gens ne meurent qu’au dernier moment ; d’autres commencent et s’y prennent vingt ans d’avance et parfois davantage.

Publié dans culture, divers, littérature | 1 Commentaire »

Le tour de France

Posté par khalfi1 le 20 septembre 2009

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans divers, Panorama | Pas de Commentaire »

Les mots

Posté par khalfi1 le 2 juillet 2009

Il y  des mots qui ne veulent rien dire. Il y  des mots qui veulent tout dire. Il y  des mots  qui blessent, ceux qui caressent. Il y a des mots qui étourdissent, ceux qui gémissent. Il y a des mots qui chantent, des mots qui déchantent. Il y a des mots qui aiment, ceux qui blasphèment. Il y a des mots qui emprisonnent, les mots qui empoisonnent. Il y a des mots qui racontent, il y a des mots qui se lamentent. Il y a des mots qui s’envolent, d’autres qui caracolent. Il y a des mots qui sanglotent, d’autres qui tremblotent. Il y a des mots qui font rêver, ceux qui font évader.  Enfin il y a tant de mots que je n’arrive pas à trouver dans le dictionnaire.

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

Merci

Posté par khalfi1 le 18 mai 2009

Ayant quelques ennuis et empêchements, je ne pourrais plus m’occuper de ce blog.

Merci pour ceux qui visiteront pour les articles qui existent et plus particulièrement à Suzanne pour sa fidélité dans ses commentaires. 

Bonne visite 

Publié dans divers | 3 Commentaires »

Vacances de Christian au Brésil

Posté par khalfi1 le 30 juillet 2008

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

Les frontières

Posté par khalfi1 le 29 juillet 2008

Je m’imagine être dans un satellite en dehors de l’atmosphère, en train d’observer la Terre, tout auréolée de bleu. Je la vois divisée en mers et continents. Il y a les Océans indien, pacifique, atlantique, arctique et antarctique. Et il y a les continents américain, asiatique, européen, africain et océanique. Avec des caméras à haute résolution, on peut apercevoir les villes, les plaines, les déserts, les pôles nord et sud, les chaînes montagneuses. Mais nulle part, je ne vois les frontières et les noms des pays qu’on découvre habituellement sur les cartes et les atlas confectionnés par les hommes.

Par exemple, j’ai beau scruter le Sahara, je n’arrive pas à distinguer les limites entre le Mali, le Niger, le Maroc, la Maurétanie, l’Algérie, la Tunisie… De même, j’ai concentré mon attention au maximum sur les Alpes, les Pyrénées, les Montagnes Rocheuses… impossible pour moi d’avoir une idée sur les véritables pourtours de la France, la Suisse, l’Italie, l’Espagne, les Etats-Unis, le Canada… On pourrait multiplier les exemples à profusion, sans qu’on ne parvienne à élucider ce mystère lequel au fond, n’en est pas un. Car tous ces pays n’ont rien de naturel et ne sont pas nés d’une génération spontanée. Leurs frontières ont été tracées artificiellement et découlent des guerres, des migrations, des invasions, des vicissitudes de l’histoire et des ambitions des hommes. L’être humain est un et indivisible. Mais sa manie des classifications l’a amené à diviser ses territoires en autant d’entités qu’il existe de langues, de coutumes, de religions, de « nationalismes », et de ce qu’on appelle les « identités ».

 Selon les scientifiques et les astronomes, il existe des milliards d’étoiles et de galaxies. L’univers est tellement infini qu’on en éprouve le vertige. J’espère tout au moins, si par hasard, il y a des systèmes solaires semblables au nôtre, que les habitants d’une autre Terre n’auraient pas commis la bêtise de se dresser les uns contre les autres et n’auraient pas  érigé autant de barrières entre eux.

 

Publié dans divers | 2 Commentaires »

L’édition

Posté par khalfi1 le 18 juillet 2008

En Algérie, l’édition se fait à la tête du client. Les auteurs qui sont édités font souvent partie de l’Union des écrivains et de comités de lecture soutenus par des institutions inféodées au pouvoir. C’est-à-dire que les maisons d’édition ne publient la plupart du temps, que des oeuvres entrant dans l’air du temps ou dictées par les ambitions hégémoniques d’un régime autoritaire. Ce qui est contradictoire dans tout cela, c’est que ces maisons ne sont même pas capables d’assurer une qualité du produit, dans tous les cas de figure, tant sur le plan des révisions, corrections, reformulations en adéquation avec les objectifs des auteurs. Que sur le plan des vraies attentes du public. Tout se fait non en fonction du goût du lecteur et du talent de l’écrivain, mais sur la base de la propagande promulgée par la presse et les médias totalement à la solde des puissances de l’argent et soumises à des orientations politiques. Bien sûr, mon but n’est pas de remettre en cause la notoriété d’auteurs algériens déjà reconnus même en France, bien avant l’indépendance ou juste après 1962 : Feraoun, Mammeri, Dib, Kateb, Haddad, Amrouche, Djebar, Sénac, Boudjedra, Djaout, Mimouni, Farès, Tenguour, Bounemeur,… Depuis longtemps, l’édition de leurs oeuvres se fait dans des maisons prestigieuses. Leur promotion s’est faite aussi à l’époque, par une presse indépendante et par des critiques de métier, versés dans l’art de séparer la bonne graine de l’ivraie.

Mais il semble qu’aujourd’hui, avec l’avènement d’Internet, les données ont complètement changé et font perdre son « latin », à l’édition traditionnelle habituée à régner sans partage sur les moyens d’expression par l’écriture. Toutes les frontières sur ce chapitre tendent à disparaître. On peut publier et éditer sur le Net, de façon presque instantanée ses écrits, sans attendre le bon vouloir d’éditeurs motivés plus par le commerce et la rentabilité, plus que par le désir de donner leur chance aux oeuvres littéraires dignes de ce nom.

En tout cas, les prémices d’une dépolarisation bénéfique et d’une plus grande liberté dans les moyens d’impression modernes donnent un sang nouveau et un souffle permanent à l’auto-édition. Elles encouragent les auteurs « en herbe » que nous sommes à donner libre cours à leur inspiration, et à s’affranchir des entraves et monopole exercés jusqu’ici par les autres moyens de diffusion dominé par les sponsors, le marketing et les « maladies » publicitaires.

Publié dans divers | 3 Commentaires »

Le cheval blanc

Posté par khalfi1 le 26 juin 2008

Il s’appelait Stewball.

C’était un cheval blanc.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans divers | 12 Commentaires »

L’homme

Posté par khalfi1 le 10 juin 2008

L’homme est un drôle d’animal qui vit en société, tout en étant un être des plus solitaires. C’est piquant, mais j’ai constaté que c’est dans les grandes métropoles que les gens sont les plus calfeutrés dans leur solitude. Plus leur densité augmente au mètre carré, plus ils sont isolés les uns des autres. On dirait que les relations humaines dans pareil contexte sont paralysées par le manque de temps. Chacun est préoccupé avant tout par ses besoins immédiats : on a juste le temps d’aller au travail, pour être à l’heure avec les moyens de locomotion dont on dispose. Puis d’aller en courant au supermarché pour faire ses courses et acheter les aliments et objets nécessaires à notre consommation. Puis de revenir à la maison en courant, afin de préparer la nourriture et les repas sans lesquels, l’énergie nous manquerait pour mieux continuer notre cheminement dans notre vie quotidienne.

J’ai remarque qu’à la campagne, au contraire, l’existence est beaucoup moins trépidante. Les gens apprennent en général, à mieux se connaître et à sympathiser. Ils discutent et échangent des points de vue et des commentaires, sans se presser et sans connaître les tensions stressantes des grandes villes. En un mot, ils apprennent à mieux vivre et à profiter pleinement de l’air pur et de la nature. Leurs corps et leurs âmes ne sont pas malmenés par les turpitudes et les pollutions des agglomérations trop importantes. Aujourd’hui, il s’agit d’apprendre à laisser reposer son corps, seule condition nécessaire et suffisante pour maintenir notre moral à un bon niveau. Ne dit-on pas avoir un esprit sain dans un corps sain?

A présent, il est prouvé que l’esprit et le corps sont intimement liés. L’un ne va pas sans l’autre et tous les deux souffrent si d’aventure, ils subissent les assauts d’un environnement hostile. En d’autres termes, le physique et le moral constituent l’endroit et l’envers d’une même médaille.

Publié dans divers | Pas de Commentaire »

12
 

Le blog de Zizine |
SAVEURS AUX YEUX |
printemps des legendes 2009 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | DEMBELE MOUSSA
| Timoun Kòlbo
| ENTRE DEUX PORTES