Le regretté El Hachemi Guerrouabi

Posté par khalfi1 le 26 mars 2010

Chanson originale de Guerrouabi :

Je vis tout seul dans l’exil

Allo, allo, passez-moi La Casbah

Bab-El-oued, El-Madania…

Mon coeur est plein de mes amis laissés là-bas

A Alger la plus belle du monde…

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans chanson | Pas de Commentaire »

Littérature

Posté par khalfi1 le 23 mars 2010

Littérature dans littérature 9782879296968-image-width160

Valérie Zenatti
Les âmes soeurs

Facebook - Partager Résumé :

Emmanuelle décide de prendre sa journée pour lire le roman qu’elle vient de commencer et prendre du recul sur son quotidien : trois enfants en bas âge, un mari peu impliqué dans la vie domestique, un travail stressant. Ses déambulations dans Paris deviennent un parcours intérieur relayé par les échos que provoque en elle l’histoire de Lila Kovner, l’héroïne de son roman.

Editeur :

Ed. de l’Olivier

Date de parution :

7 janvier 2010

N° ISBN :

978-2-87929-696-8

Publié dans littérature | Pas de Commentaire »

Jean Ferrat

Posté par khalfi1 le 13 mars 2010

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans chanson, culture, musique | 1 Commentaire »

Un peu d’histoire de l’Algérie

Posté par khalfi1 le 13 mars 2010

Je lis les chroniques des capitaines du génie, Rozet et Carette, rédigées en 1846 : « Blida est bâtie au fond de la plaine, à trois lieux sud de Boufarik. Elle occupe les dernières pentes des montagnes qui circonscrivent la Métidja. Au moment de la conquête elle commençait à peine à se relever du tremblement de terre qui l’avait détruite cinq ans auparavant. Les Français la visitèrent pour la première fois dès 1830. Ils la trouvèrent cachée dans un bois d’orangers et de citronniers, et cette première reconnaissance laissa à tous ceux qui y prirent part une impression délicieuse. »

On est bien loin du cliché qui voudrait que les Français découvrirent un pays arriéré, marécageux et infesté de moustiques.

Publié dans Histoire | Pas de Commentaire »

Fred Astaire et Rita Hayworth

Posté par khalfi1 le 12 mars 2010

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans chanson, cinéma, musique | Pas de Commentaire »

J’allais à une fête travestie-Djamila Debêche

Posté par khalfi1 le 11 mars 2010

Cette agitation me grisait. Je choisis une robe blanche brodée de fleurs multicolores et un foulard de même ton. Je me dis qu’ils plairaient, sans doute, à Ali. Comme je n’avais pas de colliers de sequins, Aïcha me prêta le sien.

Pendant que l’on l’habillait, j’entendais un brouhaha confus ; les bruits venant de la vallée et les éclats de pétards se confondaient avec les cris des femmes rassemblées près de moi.

Je me taisais. Mon silence était interprété comme un signe d’émotion. En réalité, la cause en était bien différente. Que dirait Chama si elle voyait tous ces apprêts ? Pourquoi Ali avait-il décidé, sans m’en aviser, que je me soumettrais à ces coutumes ? Etait-ce par goût du pittoresque ? Etait-ce pour faire plaisir aux siens? Et pourquoi ne pas avoir demandé mon approbation ? Ce n’était pas là, certes, les pensées d’une jeune mariée. Et puis, j’aimais mon fiancé ! Ne devrais-je pas accepter tout ce qu’il voulait ? Je le questionnerai plus tard…

Lorsque je fus complètement parée, Fatima, Lalla Badra et les femmes eurent des exclamations admiratives. Elles me firent mille compliments. J’étais très belle dans ces atours. De l’avis de Lalla Badra et de ses amies dont elle se fit l’interprète, jamais les Béni-Ahmed n’avaient vu de mariée plus charmante, plus gracieuse. Flattée, je leur souris.

On me dirigea vers le miroir. Je regardai la silhouette qui s’y reflétait. Le visage était pâle, les lèvres très rouges, les yeux très noirs. J’effleurai du bout des doigts le collier de sequins, le foulard soyeux ; un grand silence s’était fait. Je m’avançai plus près jusqu’à sentir la fraîcheur de la glace sur mon front. Une idée me  vint à l’esprit : j’allais à une fête travestie.

Les femmes épiaient chacun de mes gestes. Je les regardai longuement l’une après l’autre et je partis soudain d’un violent éclat de rire. Elles se méprisèrent sur le sens de cet éclat de rire et pensèrent qu’il traduisait ma satisfaction. Elles se mirent alors à parler bruyamment. Mais à toucher la petite main d’Assia, à voir le doux regard d’Aïcha, je me sentis consolée. Je venais de réprimer difficilement, une envie de pleurer…

Aziza impr Imbert, Alger, 1955. 

Publié dans Fiction, littérature | Pas de Commentaire »

Paysage de Tikjda

Posté par khalfi1 le 7 mars 2010

Paysage à Tikjda

Publié dans paysage, Photos | Pas de Commentaire »

Musique douce

Posté par khalfi1 le 6 mars 2010

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans musique | Pas de Commentaire »

Paul Valéry

Posté par khalfi1 le 4 mars 2010

Les morts cachés sont bien dans cette terre

Qui les réchauffe et sèche leur mystère.

Midi là-haut, Midi sans mouvement

En soi se pense et convient à soi-même…

Tête complète et parfait diadème,

Je suis en toi le secret changement.

Le vent se lève !… Il faut tenter de vivre !

L’air immense ouvre et referme mon livre,

La vague en poudre ose jaillir des rocs !

Envolez-vous, pages tout éblouies !

Rompez, vagues ! Rompez d’eaux réjouies

Ce toit tranquille où picoraient des focs !

Le cimetière marin, Librairie Gallimard, éditeur

Publié dans poésie | Pas de Commentaire »

Mika

Posté par khalfi1 le 2 mars 2010

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans chanson | Pas de Commentaire »

12
 

Le blog de Zizine |
SAVEURS AUX YEUX |
printemps des legendes 2009 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEMBELE MOUSSA
| Timoun Kòlbo
| ENTRE DEUX PORTES