• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

La terre et le sang

Posté par khalfi1 le 29 novembre 2009

Madame a chaussé des bas très clairs et des souliers à talons courts. Dans sa robe de crêpe jaune à fleurettes rouges elle a l’air d’une aimable fée qui vient embellir par sa présence ce paysage rustique, un paysage qui la mérite bien pourtant. Elle est svelte, presque de la taille d’Amer. Ses cheveux blonds, soyeux et bien peignés retombent sur sa nuque pleine. Ses yeux bleus font songer au mouron et ses lèvres bien rouges au coquelicot. Son visage est plein de grâce et de hardiesse…

Madame est contente. En somme, elle n’est pas déçue. Elle s’attendait à moins. Il avait fallu partir à tout prix. Cette vie de chien, de chien pauvre à Paris avait suffisamment duré. Que le cadre au moins changeât ! Et voilà que ce n’est pas le cadre surtout qui a changé. Non, elle a toujours la même vaisselle. Quant à la bicoque de Kamouna, elle ne vaut guère que la chambre meublée n°4. Ce qui a changé, c’est surtout toute une société ; une humanité puissante et dédaigneuse qui ne l’aimait guère, où elle ne compta jamais que comme un rebut, comme servante, parfois comme esclave. Une cendrillon pour tout dire qui découvre un royaume à la mesure de son bon sens de fille du peuple, le petit royaume d’Ighil-Nezman. 

 

Mouloud Feraoun

Editions du Seuil 1953
 

Publié dans littérature | 2 Commentaires »

Plein soleil sur Biskra

Posté par khalfi1 le 26 novembre 2009

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans géographie, Panorama, paysage | 2 Commentaires »

Amazon

Posté par khalfi1 le 25 novembre 2009

Amazon dans actualité fr_banner_books_120x90_1

Publié dans actualité, littérature | Pas de Commentaire »

Véronique Ovaldé

Posté par khalfi1 le 23 novembre 2009

Véronique Ovaldé gagne le prix France Télévisions

Après le Renaudot des lycéens, Véronique Ovaldé ajoute le prix France Télévisions à son palmarès. Ce que je sais de Vera Candida (éd. L’Olivier) a été choisi par un jury de 21 téléspectateurs.

Ce n’est certes pas le Goncourt, mais il ravit Véronique Ovaldé. Pour la romancière, également éditrice chez Albin Michel, le prix France Télévisions est une récompense « assez idéal[e]» qui a « une valeur particulière puisque le livre est sélectionné par des professionnels et décerné par des lecteurs ». Les 21 téléspectateurs ont dû trancher entre six textes, précédemment sélectionnés par un premier jury présidé par Olivier Barrot, et composé de journalistes de France Télévisions spécialistes de la littérature (Laure Adler, François Busnel, Guillaume Durand…). Ce que je sais de Vera Candida raconte l’histoire de trois femmes d’une même lignée vouées à enfanter des filles. L’une ose briser son destin et part se réinventer ailleurs, sans passé. Mais l’espoir est bouleversé dès la première phrase du texte : « Quand on lui apprend qu’elle va mourir dans six mois, Vera Candida abandonne tout pour retourner à Vatapurna ». Beau succès de la rentrée, le livre figurait sur la liste du Renaudot, finalement attribué à Frédéric Beigbeder pour Un roman français (Grasset). Ovaldé s’est rattrapé avec la version « lycéens » du prix. En attendant les récompenses prestigieuses, le prix France Télévisions confirme la popularité de l’une des voix les plus originales de la littérature française contemporaine.

Publié dans actualité, littérature | Pas de Commentaire »

La joie du football

Posté par khalfi1 le 19 novembre 2009

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans sport | 2 Commentaires »

LULU.COM

Posté par khalfi1 le 18 novembre 2009

Support

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Arthur Rimbaud

Posté par khalfi1 le 11 novembre 2009

Arthur Rimbaud comme Paul Verlaine, occupe une place particulière dans la poésie française. Dans ses vers se reflètent aussi bien la beauté naturelle issue des idées et des sentiments exprimés, que la beauté artistique découlant de son talent et de son génie de poète. Il s’ensuit ainsi, lorsqu’on le lit, une sorte de navigation entre deux rives d’une mer agitée par les remous émotionnels nés d’une telle lecture.  A nous de méditer par exemple l’un de ses premiers poèmes, inspiré juste après la Commune et la guerre avec les Prussiens de 1870 :  » A Paris, que fais-tu poète, /De Charleville s’arrivé ?/ Pars, le génie ici végète,/ Mourant de faim sur le pavé,/ » 

Il ne faut pas oublier qu’à l’époque, peu d’éditeurs publiaient ses écrits. Il a fallu beaucoup de temps à ses admirateurs pour rassembler et reconstituer son oeuvre. Beaucoup de textes, comme Le Bateau Ivre ne sont connus  que grâce à l’aide de Verlaine. Tout cela pour dire que l’oeuvre de Rimbaud fut un peu éparse. Ses diverses ruptures chronologiques avec la succession des jours et des saisons, portent la marque d’un poète désintéressé par la célébrité ou la renommée recherchée par tant d’auteurs de son époque, mais préoccupé par une seule chose : Le temps. Et aussi une structuration non en prose comme celle de Proust, mais en recherche permanente du Temps perdu, écrite en vers.

Publié dans poésie | Pas de Commentaire »

Les mémoires de M Jacques Chirac

Posté par khalfi1 le 10 novembre 2009

J’ai beaucoup d’estime pour monsieur Jacques Chirac. Mais je viens de lire un passage de ses Mémoires sur le Journal Le Point, notamment celui relatif à son service militaire en Algérie, pendant la guerre. Je ne partage pas entièrement l’extrait où il est fait mention de : « Jeune chef de peloton qui, depuis dix-huit mois, a participé à toutes les opérations de son escadron. Le 12 janvier 1957, à El Krarba (Beni Ouasous), alors qu’un élément venait d’être pris à partie par une bande rebelle, a entraîné son peloton, malgré le feu de l’adversaire, et a mené l’assaut à la tête de ses hommes. Son action a permis l’évacuation de blessés et la récupération d’armes et de matériel ».

Non ce n’était pas des « rebelles » mais des ardents patriotes moudjahidine qui luttaient contre la colonisation, et non contre La France et les Français. J’en connais quelque chose puisque dans ma jeunesse, j’en ai côtoyé quelques uns dans les Aurès, notamment Mohamed Larbi Ben M’hidi, quand j’étais enfant à Biskra. Les opportunistes et les assoiffés de pouvoir qui ont pris les rênes de la dictature après le 5 juillet 1962 et jusqu’à ce jour, n’ont rien à voir avec ceux qui avant cette date, avaient donné leur vie pour l’indépendance de l’Algérie.

Publié dans actualité | Pas de Commentaire »

Blog

Posté par khalfi1 le 1 novembre 2009

top classement blog

Publié dans actualité | Pas de Commentaire »

 

Le blog de Zizine |
SAVEURS AUX YEUX |
printemps des legendes 2009 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEMBELE MOUSSA
| Timoun Kòlbo
| ENTRE DEUX PORTES