Un masaï à Zanzibar de Anne-Sophie Nédélec.

Posté par khalfi1 le 20 juin 2020

Le début de ce roman m’a rappelé un petit peu le film américain « Maman j’ai raté l’avion »

Courte mais assez bien écrite, avec un plan de rédaction précis et très clair, c’est une intrigue construite essentiellement sur la littérature du voyage et du dépaysement. Elle ne manque pas d’éveiller la curiosité du lecteur grâce à la place centrale qu’occupe la description des paysages et de la forte présence des principaux acteurs du roman. Les personnages de Christophe, Vanessa, et leurs enfants Morgane et Léo sont bien campés tout le long du récit. Depuis leur voyage à partir de la France jusqu’à Zanzibar, en passant par la Tanzanie, ils ne cessent de nous surprendre par leur comportement parfois alambiqué mais plein de vie.

En effet, on est en présence d’un registre différent du livre du même auteur, à savoir Mademoiselle Déjazet. Plongés tantôt dans la bigarrure des agglomérations tanzanienne et de Zanzibar, tantôt dans la faune et la flore africaines, au sein de la réserve tropicale de Serengeti, nous sommes transportés comme sur un tapis volant . Notre amour des voyages est pleinement satisfait  avec l’impression de prendre des vacances méritées, après les durs labeurs effectués dans les métropoles européennes. Quand on est un occidental soumis en permanence au « métro-boulot-dodo » presque quotidien, on aspire  à s’octroyer un repos bien mérité, au-delà des contraintes professionnelles et domestiques.

Une écriture « émotionnelle » et pleine d’une faconde plaisante, une famille avenante, permettent de goûter sans problème à un bel environnement et de se laisser émerveiller par un ensemble d’images palpitantes, au milieu d’une nature vierge et remplie de bonnes surprises. On s’évade ainsi vers des horizons bleutés et nostalgiques.  C’est une belle histoire qui se lit facilement avec un style ciselé. Malgré qu’en fin de compte, les masaïs de Tanzanie, venus à Zanzibar comme commerçants temporaires, n’apparaissent qu’en arrière-plan du Kilimandjaro, montagne mythique et prestigieuse. Mais ces masaïs savent en tout cas, comment négocier et traiter leurs affaires au mieux de leurs intérêts, en vendant intelligemment leurs objets artisanaux, avec une « publicité » propre à eux.

Ouvrage à recommander donc.

Zanzibar
Album : Zanzibar
Anne-Sophie Nédélec
1 image
Voir l'album

Publié dans Non classé, vacances | Pas de Commentaire »

Site SimPlement

Posté par khalfi1 le 7 juin 2020

SimPlement.pro

Publié dans culture, littérature, livres, Non classé | Pas de Commentaire »

Podcast

Posté par khalfi1 le 3 mai 2020

Sur les traces de Kali

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Le coronavirus

Posté par khalfi1 le 31 mars 2020

Cet article participe à l’événement “Coronavirus : Comment travailler de chez soi efficacement pendant le confinement ?” du blog Blogueur Pro. J’apprécie beaucoup ce blog, et en fait mon article préféré est celui-ci.

https://blogueur-pro.net/

En cette période de confinement à cause de Coronavirus (Désigné aussi sous le vocable de Covid 19), l’idéal serait de pouvoir travailler à partir de chez soi, grâce à l’outil essentiel que nous possédons presque tous, c’est-à-dire l’Internet ou les nouvelles technologies de l’information et de la communication. (NTIC). Oui, il faut que cette possibilité de toucher le maximum de gens à l’extérieur, tout en restant à l’intérieur, s’avère être un événement fabuleux.

En effet, Olivier Roland, ouvrant la voie aux méthodes pour mieux se faire connaître sur la Toile mondiale, est devenu une référence bien établie. Il n’y a qu’à voir l’engouement que suscitent chez les internautes, les articles et les nombreuses offres que renferme son site dédié à l’organisation et à la publication de ses connaissances nombreuses dans le domaine du marketing, dont il maîtrise tous les tenants et tous les aboutissants.

On peut prendre comme exemple de cette démonstration, le texte qu’il a publié sur Internet et concernant le volet où Cédric Annicette explique comment on peut devenir libre financièrement grâce à son blog sur l’immobilier.

Ce n’est pas arrivé par un coup de baguette magique, Ce succès est dû principalement aux méthodes originales qu’il a adoptées dans son Business Attitude. L’interview qu’il a accordé à Olivier Roland témoigne de façon éloquente sur ses motivations à ce sujet. En cette période de confinement, ne serait-il pas judicieux de tirer des leçons profitables tirées de son expérience dans le parcours qu’il a choisi pour tirer le maximum de son « métier ». Etant ingénieur de formation, il a su de façon intelligence, comment orienter ses nouvelles activités sur le Web, et comment utiliser son commerce sur l’immobilier, afin de rentabiliser son investissement et gagner sa vie de manière convenable.

C’est-à-dire, à ce moment où il n’est pas possible de se déplacer sans autorisation à cause de la pandémie du Coronavirus, ses enseignements et ses méthodes de travail s’avèrent très précieux pour connaître son cheminement à travers l’univers très varié de l’immobilier. C’est un vaste domaine qui peut offrir à ceux qui l’exploitent, le succès et la réussite dans ce genre de Business. Avec une base financière modeste, on peut ainsi multiplier ses chances, sinon de s’enrichir rapidement, au moins gagner assez d’argent et figurer parmi les gens les mieux nantis.

Grâce aussi au télétravail, il est maintenant possible, à partir de son domicile, de faire beaucoup de choses. En plus, on peut profiter de cette occasion pour lire des livres traitant des infections virales et bactériennes. On s’instruit et on instruit son entourage immédiat, ses proches, ses parents et pourquoi pas aussi, ses amis en leur adressant e-mails accompagnés de la documentation recueillie, en pièces attachées. On peut joindre l’utile à l’agréable, en se cultivant à domicile. Il n’est pas exclu non plus, qu’on puisse parcourir les pages des auteurs les plus en vue, capables de nous donner d’autres visions du monde qui nous entoure.

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Elodie.

Posté par khalfi1 le 4 février 2020

Elodie est une jeune femme éprise de littérature. Issue de la noblesse bretonne, la belle châtelaine ne peut s’empêcher d’acquérir les dernières nouveautés littéraires et les derniers romans. D’ailleurs, la bibliothèque de son château en Bretagne est remplie de livres en instance de lecture. Mais il lui manque l’essentiel pour compléter sa copieuse collection, à savoir le « roman de Jugurtha », vieux de deux mille ans, inconnu et très rare. Elle décide de se le procurer en allant jusqu’à Constantine, où se trouve la bibliothèque abritant cette oeuvre du Roi berbère, héros de la guerre contre les Romains quand ces derniers occupaient une grande partie de l’Afrique du Nord

Facebook Twitter Digg Reddit StumbleUpon del.icio.us

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Marie Christine

Posté par khalfi1 le 31 décembre 2019

Marie Christine
Album : Marie Christine

2 images
Voir l'album
marie-christine2-1024x693

&media=http://khalfi1.unblog.fr/files/2019/12/marie-christine2-1024x6933.jpg" onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans littérature, livres, Non classé | Pas de Commentaire »

Un extrait

Posté par khalfi1 le 20 novembre 2019

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Action pour le climat.

Posté par khalfi1 le 19 septembre 2019

Le climat.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Constantine

Posté par khalfi1 le 9 septembre 2019

Résultat de recherche d'images pour "Constantine"

À Constantine, je me suis toujours senti heureux d’exister. Quoique je dise, je ne décrirai jamais avec précision, mes émotions de tendresse devant le vertige que me procure le spectacle féerique et plein de beauté, de la ville des ponts, à l’histoire plusieurs fois millénaire. Son site ressemble à un canyon taillé dans la roche et aux dimensions impressionnantes. On dirait qu’un géant, sorte d’Hercule  invisible de la mythologie, armé d’une grande hache, ne s’était pas privé du plaisir, de creuser sur le vif, les entrailles de la terre pour en sortir un dessin harmonieux et presque unique au monde. Je vous demande pardon mais il faut que je vous raconte. Avant que je prenne ma retraite, j’ai beaucoup voyagé et vu tant de pays plus merveilleux et plus pittoresques les uns que les autres. J’ai vécu un instant à San-Francisco, observé les chutes du Niagara, grimpé sur les flancs du Kilimandjaro, traversé l’Australie, admiré les sites incomparables d’Ushuaïa et de la baie de Naples, les temples d’Angkor et de Louqsor, la finesse et la beauté marbrée du Taj Mahal. J’ai navigué sur les gondoles à Venise, sur les bateaux-mouches du Nil et de la Seine. Je me suis promené dans les quartiers historiques de Saint-Pétersbourg, les faubourgs chics de Londres, les villes surpeuplées de Bombay et de Calcutta, les endroits reculés des contrées asiatiques et africaines, puis j’ai fait un saut à Johannesburg et Pretoria. J’ai joui des paysages sublimes et glacés de l’Arctique et de l’Antarctique. Tant de fois, je me suis pâmé devant le style architectural du Panthéon de Rome et de l’Acropole d’Athènes. La poésie poignante du Sahara, les îles vierges du Pacifique et les profondeurs de la forêt amazonienne m’ont réchauffé le cœur et apporté à mon imagination, de quoi la nourrir des jours et des jours. J’ai vibré devant la mer toujours recommencée à Acapulco, Bahia, et les côtes de Java et de Bornéo. J’ai revisité en rêve les jardins suspendus de Babylone, le phare d’Alexandrie, le colosse de Rhodes et les autres merveilles du monde. Je me suis envolé vers les cieux azurés et les côtes turquoises des régions méditerranéennes où la vie s’exhale et s’exalte sous le souffle de l’air marin. Mais nulle part ailleurs, je n’ai senti l’amour que j’éprouve pour Constantine, rebâtie par l’empereur romain Constantin, et dont le site se confond avec l’antique Cirta, capitale de la Numidie. Mes yeux se plaisent toujours à la contempler. Le vent qui vient de ses hauteurs pénètre dans ma poitrine avec une telle douceur que mon cœur se gonfle chaque fois que j’entends sa musique cachée dans les plis les plus profonds, les plus intimes de ses murs séculaires et de sa mémoire inaltérable. C’est la terre de mes aïeux, de Massinissa, de Jugurtha, de Saint-Augustin[1], de La Kahina[2], des beys Salah et Ahmed[3], d’Ibn Badis[4], de Kateb Yacine[5] et de Malek Haddad[6]. Pour moi, elle est toujours la plus belle et le joyau des villes, même si elle ne possède pas les saphirs d’Ispahan, les diamants de Cordoue ou les émeraudes de Boukhara. J’aime la contempler quand le lever du soleil colore son rocher escarpé  d’un halo divin, et l’enveloppe de sa clarté matinale. J’aime son nom, ce poids de l’histoire qui lui confère sa prestigieuse renommée, ses ravins profonds, son incomparable médina, ses souks animés, la fierté de ses habitants, les chansons de Fergani[1], sa fine cuisine, le faste particulier de ses fêtes, la « mélaya[2] » constantinoise, enfin, son immortelle beauté. Oui, excusez encore une fois mon enthousiasme mais c’est cette vérité ou plutôt ce sont ces vérités qui emplissent tout mon être et m’amènent à cette irrésistible envie de vous parler sans cesse, de ma ville de cœur. Son seul aspect architectural ne manque pas de réveiller des sensations et des images évanescentes enfouies au fond de moi-même


[1]    Fergani : Célèbre chanteur de Constantine, pratiquant surtout le malouf et les chansons andalouses, mélange de mélodies algériennes et d’influences musicales espagnoles.

[2]    Mélaya : Vêtement féminin en forme de voile noir, porté par les femmes constantinoises, en souvenir de Salah Bey, et pour faire part  de leur deuil.


[1]    Saint-Augustin : Prêtre et évêque d’Hyppone, Natif de Madaure, près de Souk-Ahras. Docteur de l’Église romaine de l’époque.

[2]    La Kahina : ou Dyhia, célèbre reine berbère.

[3]    Bey Ahmed : Bey turc ayant commandé la région de Constantine, pendant le début de la conquête coloniale française.

[4]    Ibn Badis : Intellectuel et religieux algérien.

[5]    Kateb Yacine : Romancier algérien, auteur du livre Nedjma.

[6]    Malek Haddad : Écrivain algérien, auteur de Je t’offrirai une gazelle.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Un beau panorama

Posté par khalfi1 le 26 juin 2019

Un beau panorama

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

12345...13
 

Le blog de Zizine |
SAVEURS AUX YEUX |
printemps des legendes 2009 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEMBELE MOUSSA
| Timoun Kòlbo
| ENTRE DEUX PORTES