Chaou et une chanson chaabi

Posté par khalfi1 le 16 janvier 2021

Publié dans chanson, culture | Pas de Commentaire »

Pax Deorum de Cedric Plouvier

Posté par khalfi1 le 27 décembre 2020

 

 

 

 

Le roman de Cedric Plouvier, à savoir  Pax Deorum (Paix des Dieux) offre une lecture simple et complexe à la fois, par la multitude des scènes et des personnages aux consonances latines nombreuses et uniformes, à telle enseigne qu’il arrive qu’on se trompe dans leur identification exacte. Il est difficile de ne pas les confondre, tellement ils se ressemblent dans la présentation de leurs noms et de leurs généalogies, par l’auteur de l’ouvrage.

 

En effet, nous sommes au IVième siècle avant J.C et le commencement de la brillante civilisation romaine, héritière de la civilisation grecque. Elle se bâtit aussi sur la confrontation victorieuse avec les précédents habitants de la péninsule italienne, à savoir les Etrusques.

 

Les loups géants, le mystère du Lac et d’autres épisodes sont ainsi cités tout le long de la narration. Ils ajoutent des touches pittoresques au déroulement des événements dans ce roman aux multiples rebondissements, comme un thriller.

Dans Ce tome 1,  on  retrouve plusieurs familles romaines, des gens du peuple, des artisans, des paysans, des brigands, des enfants,  des personnalités plus hautement placées, la plèbe, les tribuns, les sénateurs, les consuls et les centurions. Le tout est enveloppé dans une atmosphère de légende et nous offre une vue assez  précise et vaste  de la société romaine de l’époque : Les descriptions des mœurs et des lieux sont abordées avec beaucoup de détails qui montrent la richesse et le faste dans l’ascension de la Rome antique. Il y a également la peinture des villas romaines, les paysages grandioses de l’Italie,  la consistance des vêtements de l’époque, les rôles variés au sein des familles romaines et aristocratiques de cette période.

 

 

Cette lecture permet   de passer en revue les intrigues au sein de la plèbe et du Sénat romain. On y constate des manipulations, des trahisons, des brutalités, des magouilles, des scènes burlesques dignes d’un théâtre de boulevard. Il existe un côté fantastique et en même temps déroutant des événements racontés et une réalité quelque peu insaisissable. Cela n’empêche pas le déroulement logique et rationnel de l’histoire. En fin de compte, ce livre offre au lecteur l’opportunité de se cultiver et de se plonger en plein milieu d’un univers inconnu mais non dénué d’intérêt du point de vue humain et historique.

 

 

Avec une plume ample et incisive, l’auteur a su recréer l’atmosphère particulière de plusieurs siècles en arrière, bien avant l’Empire d’Auguste et de Jules César.  On plonge ainsi sans aucune résistance, dans les dédales d’un roman qui ne serait que le début d’une longue saga et de la  première République romaine, au passé prestigieux.

 

Enfin, on pourrait résumer ce premier livre par le passage suivant              « Vois-tu, Marcus, Rome s’est construite grâce à des hommes de pouvoir et d’action. Elle est née dans la souffrance, il y a de cela plusieurs siècles, et elle n’a pu grossir qu’en s’imposant face à des ennemis qui ont toujours voulu la détruire avant qu’elle arrive à l’âge d’homme. Parmi ces gens de bien, il y a toujours eu des Valerii. Notre famille est présente depuis le début, bien avant ton père et moi. Si nous sommes encore là aujourd’hui, c’est parce que notre mission a toujours été de faire en sorte que cette mémoire familiale, notre image sociale, continue de briller dans la pénombre que nous vivons aujourd’hui «  

 

Cedirc Plouvier
Album : Cedirc Plouvier
Un plongeon dans la Rome antique
1 image
Voir l'album

 

Publié dans culture, littérature, livres | 2 Commentaires »

Lire est un plaisir qui se partage. Cultura.com

Posté par khalfi1 le 27 novembre 2020

Publié dans culture | Pas de Commentaire »

Mademoiselle Déjazet de Anne-Sophie Nédélec.

Posté par khalfi1 le 15 juin 2020

Dès le début de ce roman, on respire à pleins poumons, l’atmosphère particulière qui régnait dans les théâtres du XIX ème siècle. Depuis sa naissance jusqu’à sa maturité, on assiste à l’évolution, à la progression et à la distinction de Virginie que certains appellent avec le diminutif de Ninie.  La vie de cette comédienne et directrice de théâtre est bien illustrée aux termes de descriptions pointues qui donnent une idée précise de sa riche carrière.  Sous divers angles et sous diverses narrations, chacun ou chacune avec sa propre sensibilité, on entre de plain-pied dans ce qui fut les événement du théâtre de boulevard, depuis la Révolution française, en passant par le règne de Louis Napoléon Bonaparte.

Petit à petit jusqu’à la fin,  on est plongé dans une sorte de monde féérique où les acteurs jouent à merveille les rôles qui leur ont été attribués  La multiplication des actes et des scènes d’une pièce qui ne semble pas finir et qui renferme des dialogues et une prose bien maîtrisée, donne un tonus certain à l’ensemble . Entourée par des personnages atypiques, Virginie ne cesse de nous offrir les aspects variés de son talent de « star », en cultivant discrétion et indépendance. Avec des anecdotes succulentes, étonnantes et une chronologie assurée.

Sa célébrité sur ce chapitre, n’est nullement usurpée, avec la multiplication des tableaux et des points de vue des intervenants dans ce texte. On dirait un roman historique mais divisé en parties comme les pièces de Molière ou de Racine. L’auteur a su ainsi donner une impulsion « joviale », à la rigueur que réclame une pareille écriture.

Ainsi depuis  l’âge de cinq ans, la petite Virginie apprend par coeur ses leçons « pratiques » et nous apprend par ailleurs les nombreuses facettes de sa personnalité hors norme. Après ses débuts épiques, et au milieu d’intrigues propres au Théâtre de Vaudeville,   elle sait manier avec art, aussi bien le verbe que le geste, ce qui l’intègre complètement dans tous les rôles qu’elle joue et qu’elle veut jouer. Du reste, elle est devenue une virtuose et une habituée des allées de cette espèce de spectacles. Des années plus tard, elle conserve  le même tempérament et elle n’a pas changé d’un iota, dans toutes ses démarches et ses comportements de « grande dame et de grande artiste » ?   Son physique de « jeune garçon raté » mais non dépourvu de charme et de beauté, ajoute un côté saisissant à son riche parcours de comédienne affirmée.

Insensible aux critiques mais sensible aux louanges, nous avons bien affaire à une femme méritant sa célébrité, même si elle fut oubliée par la suite.  Virginie Déjazet s’est forgé ainsi un nom sorti de l’anonymat dans lequel elle a été injustement immergée. A noter l’atmosphère épique et le romanesque imprégnant les  actes et les scènes de cet ouvrage tout à fait singulier mais rempli de belles perspectives prometteuses.

Lecture à encourager, sans aucun doute.

Virginie Déjazet
Album : Virginie Déjazet
Anne-Sophie Nédélec
1 image
Voir l'album

Publié dans culture, théâtre | Pas de Commentaire »

Les ruines romaines en Algérie.

Posté par khalfi1 le 8 juin 2020

Publié dans culture | Pas de Commentaire »

Site SimPlement

Posté par khalfi1 le 7 juin 2020

SimPlement.pro

Publié dans culture, littérature, livres, Non classé | Pas de Commentaire »

Le Canada Francophone.

Posté par khalfi1 le 24 mai 2020

Publié dans actualité, culture | Pas de Commentaire »

Podcast

Posté par khalfi1 le 11 mai 2020

Publié dans culture | Pas de Commentaire »

Alger

Posté par khalfi1 le 28 avril 2020

Publié dans culture, Histoire | Pas de Commentaire »

Hondelatte raconte.

Posté par khalfi1 le 31 mars 2020

Publié dans culture, vidéo | Pas de Commentaire »

12345...13
 

Le blog de Zizine |
SAVEURS AUX YEUX |
printemps des legendes 2009 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEMBELE MOUSSA
| Timoun Kòlbo
| ENTRE DEUX PORTES