La poésie

Posté par khalfi1 le 30 mai 2008

La poésie ressemble à de la musique. Et la musique est fille de la poésie. Les deux sont surtout humaines et soulèvent en nous des émotions indicibles. Les poètes sont des individus comme nous, mais ils ont le don de manier les rimes et de versifier les mots de façon à nous faire oublier notre condition humaine. Leur imagination, ou si l’on préfère, leur insipiration leur permet des arrangements que le commun des mortels ne saurait confectionner. Mais la tonalité de la poésie et de la musique est si universelle qu’elle passe par dessus toutes les frontières. Qu’on soit français, tibétain, chinois, africain ou américain, on n’a pas besoin de traducteur pour comprendre une mélodie de Beethoven ou pour apprécier une chanson de Charles Aznavour.

Le beau habite la poésie. Et la poésie se nourrit du sublime. Mais avant tout, un poète demeure un homme avec ses qualités et ses défauts, sa grandeur et ses faiblesses. Sa force principale réside néanmoins dans son aptitude à exprimer par écrit, ce que les autres ressentent au plus profond d’eux-mêmes. Il fait éclore en nous, des sentiments endormis et que nous étions incapables nous-mêmes de dire ou d’écrire. En quelque sorte, il est l’interprète des images et des visions enfouies dans l’inconscient ou le subconscient. Son art traduit justement cette capacité de transformer des rêves, des sensations intérieures, en vers ou en prose qui nous enchante et nous emporte vers des hauteurs féériques.

 

Publié dans poésie | 1 Commentaire »

Jacques Brel

Posté par khalfi1 le 29 mai 2008

Jacques Brel a joué dans des films et a chanté de belles chansons. Témoin cette ode dédiée aux Vieux Amants.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans chanson | Pas de Commentaire »

Constantine perchée sur le Rhumel

Posté par khalfi1 le 27 mai 2008

http://www.dailymotion.com/video/x29swj

Publié dans chanson | 2 Commentaires »

La raison et le coeur

Posté par khalfi1 le 26 mai 2008

On dit souvent qu’il vaut mieux suivre sa raison plutôt que d’écouter son coeur. Les temps modernes avec leurs disciplines consacrées aux technologies de pointe et aux sciences appliquées tendent à nous démontrer la supériorité de la raison froide sur la chaleur des études humaines.

L’observation des phénomènes extérieurs et de leur interprétation par le raisonnement scientifique conduisent, aussi paradoxal que cela puisse paraître, à négliger notre propre devenir intérieur. Ne dit-on pas  » Connais-toi d’abord toi-même avant de formuler un jugement sur les autres. » Mais dans ces conditions, comment ne pas verser dans le domaine de l’exagération et du narcissisme?

Toutefois, cela n’empêche pas d’exprimer ses sentiments avec une certaine poésie, je dirais même un certain lyrisme. Car la poésie nous berce par la musique qui s’en dégage. Elle relate avec une puissance évocatrice très forte, ce qui remue le plus, notre imagination et notre coeur. Elle nous transporte hors de la réalité, des pesanteurs quotidiennes et nous fait vibrer comme les cordes d’une guitare ou les touches d’un piano.

Il semble donc qu’il est pratiquement impossible de supprimer la part de la raison qui existe dans le coeur et la part du coeur qui se dissimule dans la raison. Leur complémentarité ne peut que résulter de la complémentarité de tout être humain avec son semblable. Les deux concepts forment un tout indissociable dans le conscient et l’inconscient de l’individu. C’est à dire que la raison elle-même peut être poésie et les savants qui inventent chaque jour des théories ou des choses nouvelles sont en quelque sorte, eux-mêmes, des poètes.

Pour résumer, l’homme a besoin aussi bien de son coeur que de sa raison. Bien que parfois, le coeur a ses raisons que la raison ignore.

Publié dans divers | 2 Commentaires »

Dalida

Posté par khalfi1 le 24 mai 2008

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans chanson | 2 Commentaires »

Dalida et Enrico

Posté par khalfi1 le 24 mai 2008

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans chanson | Pas de Commentaire »

Le bonheur

Posté par khalfi1 le 22 mai 2008

Il y a le bonheur d’aimer et le bonheur d’être aimé. Il y a le bonheur de se sentir libre comme le vent, d’aller où on veut sans contrainte, de sentir la brise du large ou de la montagne vous caresser le visage. Pouvoir s’exprimer librement , écrire des romans, chanter et danser avec un coeur en fête rend incontestablement l’individu plus heureux. Le bonheur s’acquiert ou se conquiert. Quand on peut faire des études, acquérir des connaissances et accumuler du savoir sert à l’épanouissement de chacun. C’est justement cette satisfaction de l’être et cette volonté de la personne humaine d’élever son niveau moral et intellectuel, son souhait d’être toujours en bonne santé, son désir de vivre en symbiose avec la nature, sa capacité à aimer et à se faire aimer par ses proches et par ses amis, c’est tout cela qui élève son esprit. Les bases du bonheur ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Chacun de nous, pourtant, aspire au bonheur, selon sa situation géographique, son niveau intellectuel, sa place dans la société, ses convictions religieuses et personnelles, ses capacités de communiquer avec les autres, le milieu culturel où il vit. C’est comme la beauté ou la laideur. Chacun les apprécie à sa manière, selon sa vision et sa sensibilité du moment. Car les canons sur la base desquels on les juge, ne sont pas des éléments invariables.

Jean Jacques Rousseau a donné une bonne définition du bonheur. Du point de vue littéraire, il est comblé car son écriture est appréciée presque partout. Néanmoins, sa condition sociale n’était pas des plus brillantes. C’est pourquoi, il a écrit :  » Je suis né avec un amour naturel pour la solitude qui n’a fait qu’augmenter à mesure que j’ai mieux connu les hommes. » Et d’ajouter, lorsqu’il habitait aux Charmettes :  » Je me levais avec le soleil et j’étais heureux; je me promenais et j’étais heureux; je voyais maman et j’étais heureux; je la quittais et j’étais heureux … »

En conclusion, on peut affirmer que le bonheur n’est jamais acquis définitivement. Il est constamment en évolution, en fuite, comme le temps, et demande un effort permanent pour éviter les écueils douloureux de la vie qui le ternissent. Il dépend de notre état psychologique et mental. Et des incidences extérieures. Les différentes formes du bonheur se conçoivent donc en fonction des conditions de l’heure, de la conjoncture qui prévaut tout autour de nous, des facteurs chance, et du tempérament de chaque être humain.

Publié dans divers | 2 Commentaires »

Le séisme de Boumerdès

Posté par khalfi1 le 21 mai 2008

Source : Le soir d’Algérie:

Mercredi 21 mai 2003. Il était 19 heures 44 minutes lorsque des entrailles de la terre parvenaient des grondements terribles, le sol se mit à onduler, le rivage s’éloignait, la pénombre s’accélérait. Le temps était devenu subitement plus long. Rien n’était réel. La vie de chacun ne tenait qu’à un fil. Survenaient ensuite des instants de silence lourd.
Derrière les nuages de poussière parvenaient du néant des cris de douleur. Il était 19 h 45. Les villes et les villages du centre du pays entraient dans une nuit cauchemardesque. Il y a 5 ans, mercredi 21 mai 2003, à 19 heures 44 minutes, la terre a tremblé secouant le centre du pays. La secousse, qui a duré moins d’une minute et dont l’épicentre a été localisé en mer au nord de Zemmouri, a causé des ravages. Ce nouveau drame après ceux vécus à El Asnam, Aïn-Témouchent… et d’autres localités du pays martyrisées par d’autres secousses telluriques, a définitivement fait prendre conscience aux populations que désormais l’Algérie fait partie des régions du monde à haute activité sismique. Mais le traumatisme a été immense. Cinq ans après, le temps n’a sûrement pas atténué la douleur de cette mère qui, en l’espace d’un instant, a perdu, à la cité 1200 Logements de Boumerdès deux êtres de sa chair. Ou cette famille de Dellys qui vit la fête du mariage se transformer en hécatombe dont étaient victimes 80 personnes. Ces hommes et femmes vivront sûrement en ce 21 mai 2008 des moments pénibles. Leur solidarité du cœur sera probablement plus affermie envers les populations chinoises qui vivent comme eux des moments douloureux. Cinq ans après, il reste toujours les traces du cataclysme et des souvenirs, tristes pour une partie de la population, mais également faits de bravoure. Il y a le souvenir de cette jeunesse que le régime, par son incurie et son incapacité à lui offrir une perspective, transforme en kamikazes ou en harraga, qui a donné l’exemple de bravoure. Des centaines de jeunes des localités de Boumerdès ont pris en charge, dès les premiers instants de la catastrophe, les opérations de sauvetage. Des jeunes venus de Bab-El-Oued, de Haute-Kabylie, de Bouira et d’autres régions ont également accouru pour apporter leur aide. Dans un élan instinctif et généreux, ils se sont portés au secours des victimes. Abachi L.

Publié dans actualité | Pas de Commentaire »

La future baie d’Alger

Posté par khalfi1 le 20 mai 2008

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans actualité | 1 Commentaire »

Belle chanson-Comme d’habitude

Posté par khalfi1 le 19 mai 2008

http://www.dailymotion.com/video/x1y778

Publié dans chanson | Pas de Commentaire »

1234
 

Le blog de Zizine |
SAVEURS AUX YEUX |
printemps des legendes 2009 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEMBELE MOUSSA
| Timoun Kòlbo
| ENTRE DEUX PORTES