Bestseller.com

Posté par khalfi1 le 12 janvier 2018

Si vous ne pouvez pas visualiser ce message, consultez notre version en ligne
monBestSeller.com NEWSLETTER236
Le 08 Janvier 2018
Bestseller.com dans littérature spacer
L’Édito
Pourquoi la littérature n’a-t-elle rien à voir avec la réalité ?

Pourquoi formuler cette question comme cela ?

Si je sais ! Je viens de voir l’étonnant discours d’Oprah Winfrey récemment récompensée par les Golden Globes pour sa brillante carrière de journaliste et d’actrice. Elle rassure sur la nature humaine. Elle parle entre autres de ce lent soulèvement des femmes comme une lame de fond qui imperceptiblement dans le desordre et l’anarchie règle symboliquement toutes les injustices qui leur ont été faites dans le domaine délicat du harcèlement. Comme un mouvement irrépressible qui montre que toute vérité nous submerge tôt ou tard.

Efficace aussi, cette langue américaine, directe, peu imagée, mais qui va droit au cœur, droit au but. Minimum d’artifices, maximum d’effets. On oublie ce qui relève du journalisme, du discours, de l’écriture pour recevoir le message en pleine tête. Un uppercut.

Cela me rappelle, en contrepoint, il y a quelques mois, Christine Angot, dans l’émission de Ruquier « On n’est pas couché » . Dans sa verve, sa complexité et sa douleur, elle agresse. En attaquant l’ex élue écologiste Sandrine Rousseau pour son livre « Parler » (plainte contre l’ex responsable Vert Denis Baupin.), elle perd pied.

La force d’un roman, la verité d’un essai

D’un côté Christine Angot capture la douleur de l’inceste dans trois de ses livres comme une douleur personnelle transcendée que seule la littérature peut approcher. Seule sa littérature (la sienne) peut en saisir l’ampleur et les nuances lugubres.

De l’autre Sandrine Rousseau témoigne (mais aussi avec émotion) pour faire bouger les lignes, les enjeux de Société, la loi.
Langage de sourds. Christine Angot ne veut pas faire partie des statistiques, elle est dans son récit propre. « A chacun de se débrouiller avec son histoire, le verbe politique est impuissant pour parler de viol» ajoute t’elle ;

Roman et témoignage documentaire ne jouent pas dans la même cour. Et tout le monde a raison. Pour le coup, Il fallait choisir une émission littéraire ou monter une émission politique.

 

Oprah winfrey en créant une unanimité vibrante, ne soulève pas ce genre de question. Elle touche par le verbe et mobilise pour la cause.

» NEWSLETTER235

spacer monbestseller dans livres

Publié dans littérature, livres | Pas de Commentaire »

Ecrire

Posté par khalfi1 le 8 octobre 2017

Si vous ne pouvez pas visualiser ce message, consultez notre version en ligne
monBestSeller.com NEWSLETTER227
Le 05 Octobre 2017
Ecrire dans actualité spacer
L’Édito
Pourra-t’on contourner un jour les éditeurs ?

« Profession : Ecrivain » est une étude publiée par CNRS éditions  (Septembre 2017) qui relate via une étude qualitative la transformation et la professionnalisation des métiers de l’écriture. Ses auteurs, les sociologues Gisèle Sapiro et Cécile Rabot (Universitaires et chercheuses)* en tirent quelques conclusions claires.

Le numérique bascule, certains sites d’autoédition offrent jusqu’à 300 000 lectures pour des livres lancés à l’aveugle et parfois récupérés par les Maisons d’édition..

Selon elles, les ouvrages récupérés sur le net nécessitent impérativement des « intermédiaires » professionnels qui soignent et repèrent l’exigence littéraire mais qui puissent aussi œuvrer à l’amélioration socio-économique des auteurs.

La nouvelle vague de formation au métier d’écrivain dans les universités change la donne.

Risque de standardisation ? Le creative-writing est accusé de figer le libre arbitre de l’écrivain. Faut il croire au génie naturel  « incréé » ? Ou à une rigueur commune de règles disciplinaires pour rendre la grande majorité des ouvrages lisibles. Quitte à en révéler des aspects qui n’auraient pas été repérés ? On n’en n’est pas là, le phénomène est naissant, mais le débat est d’actualité.

La meilleure formation de l’écriture reste la lecture ou les cours de littérature.

Oui mais les fameuses classes de « rhétorique », opérantes jusque dans les années 60 ont disparu au profit des filières scientifiques qui sont privilégiées. On explique d’ailleurs la naissance des mouvements littéraires surréalistes par la disparition de ces règles et contraintes.

Développement du rôle des agents, des ateliers d’écriture, des formations d’auteur.

En France nous en sommes aux balbutiements. Aujourd’hui ce sont les éditeurs qui ont la main mise sur la production, la sortie et la mise en avant.

La rentrée littéraire prouve que les éditeurs français se rivent à une politique d’auteurs qui s’inscrit dans une œuvre. Et non pas à  des titres isolés qui pourraient révéler de nouvelles générations d’auteurs.

* Ecoles des Hautes Etudes en Sciences Sociales et Nanterre)

 

 

 

» NL226 : Pourquoi j’écris ? Pour qui j’écris ?

spacer littérature dans littérature
Le Blog
 monbestseller dans livres
Nouveau sur monBestSeller : des couvertures en page d’accueil

La couverture est le premier lien créé avec le lecteur. Vecteur d’incitation, d’ouverture. C’est un atout majeur, un argument de vente.

» Lire l’article

Le Bon Plan
Pack Portrait de Livre ? Mais où vont ils chercher ces idées ?Pack Portrait de Livre, Pack Portrait de Livre ?
Mais qu’est ce que ça veut dire ?

» Comment multiplier jusqu’à 1000 la visibilité de son livre ?

spacer
Sélection monBestSeller
TÉMOIGNAGE
Moi, Delphine, miraculée à 11 ans

de Delphine

J’ai été renversé par une voiture en descendant du car scolaire. Je reste 16 mois à l’hôpital.

NOUVELLE
Le potager de Monsieur Doublet

de Laure Malaprade

Cette nouvelle a été primée, à la troisième place, au concours MBS « Mon double a pris ma place ». Bonne lecture, n’hé

spacer
FANTASTIQUE
reveilleur_front_cover
Le Réveilleur

de Christophe Michaud

Un tueur en série s’adresse à sa dernière victime, Carlos, un retraité argentin qui vit dans une petite ville perdue de

NOUVELLE
Ce coup de fil …

de Lydie LAURET

NOUVELLE très courte Un coup de fil et tout est bouleversé…

spacer
NOUVELLE
Un cahier pour la mémoire

de Corneveaux Ludivine

Lucienne, jeune résistante haute-saônoise, raconte les derniers mois de la Seconde Guerre Mondiale à travers un journal

FANTASTIQUE
sap_cover_v2_front_1000
Le sacrifice des âmes du Purgatoire

de Christophe Michaud

« Papillon dans la nuit, tel un enfant, j’erre dans le vide qui m’entoure, attiré par des lumières qui se révèlent à moi

spacer
L’auteur de la semaine
user-actu-bio_1_0_0

DELPHINE

Jeune femme du Sud, l’écriture était la condition de ma survie. Penser, réfléchir, projeter au delà d’un destin brisé.
Reconstituer les étapes  d’une enfance dans les hôpitaux, colères, tristesses, révoltes mais aussi rêves, soulagements, et joies. Car il y en a eu…
La victoire est au bout, quelqu’en soit la forme.

» Voir la fiche de l’auteur

Publié dans actualité, littérature, livres | Pas de Commentaire »

Ecrire

Posté par khalfi1 le 26 septembre 2017

AUTEUR

Le 20 sep 2017

Pourquoi j’écris (5)

Ecrire ou faire de la littérature, c’est le clair distinguo qu’Ivan Zimmermann pose avant d’expliquer sa pulsion irrésistible vers l’écriture. Raconter des histoires, raconter ses histoires jusqu’à s’y noyer.
La pression du crayon, curieux mélange entre l'envie et l'urgence d'écrire. JamesLa pression du crayon, curieux mélange entre l’envie et l’urgence d’écrire. James

L’écriture : par dérision peut-être…

Un ancien prof de français, que l’on nommait Réris dans mon collège, en fait l’abbé Maurice, m’avait dit un jour en me rendant une rédaction, qui était sur le thème d’une veillée en famille, que j’avais pompé Victor Hugo ! Si, si ! Je l’avais regardé d’un air aussi éclairé que mes boutons d’acné en pensant que le pauvre homme avait sûrement abusé de la boutanche, comme d’habitude. Moi qui ne lisait à l’époque que mon magazine Pilote avec comme auteurs préférés Goscinny, Morris et Marcel Gotlib, je ne comprenais pas ce qui venait de m’être reproché. J’étais vexé avec un net un sentiment d’injustice ; pour une fois que je faisais un effort en rédaction.

Je fus, bien sûr, le sujet de risée de tous mes copains de classe et surtout de Gérard le surdoué de la classe.

C’était en troisième et j’avais quatorze ans, ça ne date pas d’hier.  Mais c’est sans doute là que j’ai compris que l’écriture avait peut-être un intérêt, et, il est vrai, je m’en souviens encore, que j’avais pris du plaisir à écrire cette rédac. Du coup, j’ai lu, ce bon vieux Hugo, à qui on me comparait si abusivement et j’ai bien sûr tout de suite eut la certitude que Réris était bourré ce jour là et que cet écrivain était magnifique.

Ce qui m’a donné envie d’écrire : raconter des histoires et ne plus penser qu’à elles

Depuis, je erre comme une pauvre âme en peine dans les affres de l’écriture et me démène comme un beau diable à essayer d’intéresser le peu de lecteurs qui ont eu l’immense joie d’honorer ma plume. Si je ne me fais pas de compliments, qui m’en fera ?

Bref, lorsque je me place devant mon clavier et que j’ouvre ce charmant Word sur une page blanche, il faut absolument que je la remplisse tellement je la trouve tristounette. Certains vont se parler comme face à un miroir, d’autres vont critiquer la société, moi je me raconte des histoires. Mais, je pousse le souci du détail jusqu’à ce que j’arrive à y croire et à me tremper dans mes aventures virtuelles pour ne plus penser qu’à elles ; sous la douche, en me rasant (quand je veux), assis sur siège des toilettes et même en rêvant.

— C’est grave docteur ?

— Non simplement, un peu de surmenage, je vous prescris dix chapitres à écrire.

Voilà, c’est reparti ! Vous voyez, je ne peux pas m’en empêcher.

Je fais une petite parenthèse ici : on parle bien d’écrire, n’est-ce pas, pas de faire de la littérature comme cette bonne vieille Marguerite Youcenar ou ce bon Jean d’Ormesson, Carla comme disait Sarko, pardon, car là, je ne suis plus votre homme. Mais ça vous l’aviez deviné.

Un pied de nez ? Non, une réalité, une conscience de soi, pas la peine de me faire psychanalyser pour savoir que je ne serais jamais publié dans La Pléïade.

Alors écrire est une autre nature de soi ? Ouaip, m’sieur. Lorsqu’on la rencontre, cette putain de manie d’écrire, c’est pour la vie et le divorce devient impossible, ou alors c’est qu’on approche du dernier chapitre de sa vie et qu’on vient d’y apposer le mot « FIN ».

 

Ivan Zimmermann

11/09/2017

Publié dans actualité, littérature, livres | Pas de Commentaire »

Pourquoi j’écris

Posté par khalfi1 le 21 septembre 2017

CHRONIQUE

Le 16 sep 2017‎

Pourquoi j’écris (4)

Tonton Marcel et Tata Lise ont du prendre du relief pour éveiller l’intérêt de la maîtresse d’école. Jean-Bernard Hamaïde nous prouve que l’écriture est aussi un spectacle.
Avec l'écriture, Tonton Marcel et Tata Lise ont plus de pepsAvec l’écriture, Tonton Marcel et Tata Lise ont plus de peps

Mon premier succès littéraire

Vous souvenez-vous de ces premiers jours de classe où la maîtresse d’école, débordante d’imagination, vous invitait à conter par le menu vos vacances? Pour ceux dont l’exil estival se limitait à passer 3 semaines, entre tata Lise et tonton Marcel, dans un pavillon de banlieue triste comme la pluie, le défi était de taille. L’écossage des petits pois sur la toile cirée orange et jaune de la cuisine ne risquant pas de déchaîner les passions, j’agrémentais mon récit de quelques trouvailles de mon cru. Tonton Marcel devenait un gangster flamboyant, possesseur d’un calibre gros comme un bazooka. Quant à tata Lise, elle déambulait dans des tenues extravagantes, munie d’un fume cigarettes nacré de 15 cms de long. L’enseignante, affolée, convoqua mes parents… ce fut mon premier succès littéraire! 

Mon premier roman

Les années passèrent loin de l’écriture et de ses délices. Ce fut la rencontre entre ma voiture et un platane qui me ramena à mes premières amours. Immobilisé pour quelques mois, je repris ma plume, ressuscitais tonton Marcel et tata Lise qui mangeaient depuis des lustres les pissenlits par la racine, « Le fils du père Noël » allait naître. 

Finalement, je cède à mes personnages

Tout ne fut pas simple. Mes personnages eurent des exigences, n’hésitant pas à me réveiller la nuit pour les exprimer.  Irène voulait ressembler à Marilyn Monroe,Touche-à-tout ne se trouvait pas assez fringant et le prof se revendiquait en Che Guevara charismatique. À bout d’arguments, je dus mettre tout le monde d’accord d’un point final rageur.       
Quand vous saurez qu’il m’arrive de me rêver en tonton flingueur, en contrebassiste de Brassens ou en ami intime de Cavanna, vous aurez une idée de ce qui agite mes neurones. 

Jean-Bernard Hamaïde
 

 

Publié dans actualité, littérature, livres | Pas de Commentaire »

L’écriture et ses sources

Posté par khalfi1 le 7 septembre 2017

Ecrire : un souci d'invention, une obsessionEcrire : un souci d’invention, une obsession

Ecrire est une forme d’obsession…

Il m’a toujours semblé avoir eu en tête des histoires à inventer, des personnages à façonner, des moments particuliers à raconter. Je n’ai conscience d’aucun moment particulier, déclencheur de mon activité littéraire. Il me passe incessamment des projets, des idées, des rêves entre les tempes (je dis entre les temps car je les sens presque s’entrechoquer entre elles) et écrire est une forme d’obsession. En ce sens, l’écriture est un accompagnement quotidien, une forme d’addiction née, il est vrai, du besoin de percer des bubons souvent anxiogènes, car mettre sur le papier ce que l’on a en tête (et souvent c’est assez angoissant pour ma part) allège celle-ci d’autant.

   Cependant que ceci soit dit sans aucune prise en compte de la qualité finale de mes écrits, qui peut s’avérer décevante aux yeux de certains lecteurs ou selon mon propre avis. Et nous touchons là un autre point qui m’est cher et qui concerne le travail : l’écriture est pour moi un modelage sur le long terme, acharné, et je ne crois pas à la trouvaille spontanée. Reste à savoir quand cesser de retoucher son texte, trouver le point d’équilibre entre l’idée qui avait point et le travail qui l’a amélioré.
Alors peut-être offrira-t-on un peu de plaisir au lecteur, et surtout en aura-t-on pris immensément dans le travail de son matériau.
Ces quelques synthétisent ce que pour moi est l’écriture, et donc ce qui n’engage que moi : un souci d’invention, un besoin, une obsession, du travail et du plaisir.

 

   Sam Huttrideau

Publié dans actualité, littérature | 1 Commentaire »

MonBestseller.com

Posté par khalfi1 le 5 juillet 2017

monBestSeller.com NEWSLETTER216
Le 01 Juillet 2017
MonBestseller.com dans culture spacer
L’Édito
Je le lis, je le vis

 

Se soigner par les les livres ou « biblio-thérapie », c’est peut-être un remède de cheval ?

La célèbre revue Américaine « Annual Review of Psychology » publie en 2016 une information plutôt étonnante. A partir de scanners du cerveau, la conclusion est simple : la lecture ou « vivre en réel une expérience », active des zones cérébrales identiques. Les circuits neuronaux ainsi sollicités lors de la lecture d’un roman ou d’une poésie augmenteraient du même coup nos capacités d’adaptations sociales, notre aptitude à comprendre ceux que les autres sentent ou comprennent.

Lire un bon roman est un stimulateur de réalité.

C’est ce que déclare Alain de Botton auteur de « Comment Proust peut changer votre vie… ». En un mot, selon lui, et études à l’appui, un livre nous permet de vivre les émotions que la vie ne nous permet pas de vivre », c’est un agitateur de notre vie intérieure, une salle de muscle pour nos émotions.

La biblio-thérapie aurait-elle une place à côté des calmants et des pilules du bonheur ?

La bibliothérapie, cette discipline lancée au lendemain de la première guerre mondiale pour « soigner » les traumatisés de la violence et de la mort de la Grande guerre a trouvé son creuset aux Etats Unis. Peu répandue en France, elle se heurte à nos préjugés
- soit une sacralisation absolue de la littérature, dont il serait vulgaire de trouver une « finalité »
- soit la conception de la littérature divertissement, presque déconnectée de la culture et de sa mission.
Nous y venons, certains « psys » stimulent le psychisme de leurs patients en faisant lire à haute voix des romans et des poésies. Attention, la posologie est importante. Et certains livres doivent être tenus hors de portée des enfants.

 

» Ecrire : une résilience

spacer monbestseller dans littérature
Le Blog
POUR NE PAS SE TROMPER 3 : -é ou -er ?

Bon, on pourrait penser qu’Elen Brig Koridwen considère notre cas comme assez grave, voire désespéré. Distinguer le participe passé de l’infinitif a souvent été l’une des priorités du primaire de toute une génération. Mais ne prenons pas pour acquis ce qui ne l’est pas.

» Lire l’article

Le Bon Plan
is-2_0
Corriger

Correction, comparez les coûts.

Les corrections avec monBestSeller : comparez les corrections, mais comparez aussi les coûts...

spacer
Sélection monBestSeller
HISTOIRE
« L’ESSENCE DE LA VIE ou L’ENERGIE DU MONDE »de jean claude ROBINL’histoire du monde depuis 1859 date de la découverte du pétrole au Texas par le Colonel Edwin L.DRAKE. De 1859 à nos jo
 
POLITIQUE
LES MIGRATIONS HUMAINES MATERIELLES IMMATERIELLESde jean claude ROBINAvant d’aller voter, lisez ce livre ! Comprendre pourquoi les pauvres fuient, et les riches partent. Un monde liquide,
spacer
FANTASY
LE MAGICIEN NOIRde ROBERT GREGORYUn homme tout de noir vêtu et opérant le visage dissimulé a débuté une traque sanglante. Une série d’individus n’ayant e
NOUVELLE
trahisons
Trahisons Intemporellesde david miolardPar cupidité, haine ou méchanceté, ils commettent l’irréparable. Quand l’audace et l’ambition rencontrent l’immoralité
spacer
THRILLER
Le temps d’une illusionde Ael AkdepsksalRien ne les prédestinait à quitter leur quotidien d’étudiant, c’est pourtant par la plus sombre des sorties que leur ave
 
NOUVELLE
Lécher la vie même là où c’est cradede Antoine à nantesRecueil de nouvelles. Urbain. Poésie. Humour. Et surtout, capture de l’instant : l’espoir, c’est le bonheur qui pr
spacer
L’auteur de la semaine
kalo_charly

JEAN CLAUDE ROBIN

Naissance en Ardèche profonde, études secondaires classiques, puis Commerce Maritime International. Une carrière de 36 ans dans les activités pétrolières, carrière Internationale, « Europe, U.S., Asie », avec une fin de carrière en Chine. Celle-ci, m’a beaucoup apporté d’expériences et de connaissances, qui ont forgé le socle de mes ouvrages, « L’essence de la vie », ou « L’énergie du monde ». Puis « L’homme chinchilla et le rêve au féminin », Aujourd’hui, « Les migrations humaines, matérielles, et immatérielles ». A découvrir.

» Voir la fiche de l’auteur

Publié dans culture, littérature | Pas de Commentaire »

Monbestseller.com

Posté par khalfi1 le 28 juin 2017

Monbestseller.com dans actualité logomonBestSeller.com

A tous les auteurs blogueurs, monBestSeller crée des liens : les « back-links » des auteurs sur le site

Multiplier les liens croisés entre les sites et les blogs, c’est une manière simple et efficace de récupérer de l’audience, et de se faire repérer sur Google. Alors jouons le jeu, un jeu facile où l’on gagne à tous les coups.
Back-links, net-links, des liens entre blogs et sites qui amplifient le trafic
Créer des liens entre blogs et sites profite à tous les auteurs et communautés pour amplifier leur trafic et leur référencement sur les moteurs de recherche
Qu’est-ce qu’un back-link ?
Un back-link est un lien externe qui dirige vers un site web ou, plus exactement, une page web.

Les avantages liés aux back-links sont doubles :
– D’une part, ils peuvent être une source de trafic lorsqu’ils sont utilisés par les visiteurs des sites référents.
– D’autre part, ils favorisent le référencement et le classement dans les résultats de Google. Ce deuxième effet est souvent considéré comme le plus important sur le long terme et donne lieu aux pratiques de net-linking.

En un mot, votre lien de blog est dans notre rubrique « Nos amis », et votre lien auteur mBS est dans votre blog. Pour une émulsion de trafic à terme.

Pour que votre blog d’auteur soit mis en avant par monBestSeller, comment faire ?
Pour vous lister dans notre rubrique « Nos amis », nous avons besoin de :
> L’adresse url de votre blog.
> Quatre lignes pour qualifier votre blog, votre style d’écriture ou votre personnalité, ou votre dernier livre.
> Une photo de vous ou, mieux encore, le logo de votre blog.
> Et n’oubliez pas de poser le lien direct vers votre page d’auteur monBestSeller sur votre blog.
Ces informations doivent nous parvenir à l’adresse : contact@monBestSeller.com

Publié dans actualité, culture, librairie, littérature | Pas de Commentaire »

Auteurs autoédités Blogs

Posté par khalfi1 le 15 février 2016

Les blogueurs sont-ils vraiment opposés aux auto-édités ? Comment décrocher une chronique ? ‪#‎autoédition‬

Auteurs autoédités Blogs dans culture
Trouver son lectorat, promouvoir son livre. Vous avez dit marketing d’auteur ?
monbestseller.com

Publié dans culture, littérature | Pas de Commentaire »

 

Le blog de Zizine |
SAVEURS AUX YEUX |
printemps des legendes 2009 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEMBELE MOUSSA
| Timoun Kòlbo
| ENTRE DEUX PORTES