15 février 2022 0 Commentaire

Les morts insignifiants de Gaëtan Ballester.

Les morts insignifiants
Album : Les morts insignifiants

1 image
Voir l'album

Paris est une capitale monstrueuse. Elle dévore et vomit ses habitants sur ses trottoirs, sans demander son reste. Cédric pensait pouvoir y vivre sa nouvelle vie… Sa rencontre avec Marion Müller, une dirigeante de friperie atypique, arrivera-t-elle à le sortir du trou à rat dans lequel il s’est enterré ? La Grandeur n’a pas de prix. Prostitution, ambition et richesse s’entrechoquent face à un passé sombre et au souvenir d’Amélia.

Dans ce roman, comme dans tant d’autres, l’utilisation du présent met le lecteur en plein milieu du récit et dans le vif du sujet.

 Cédric, le principal héros de l’histoire, après quelques errances et quelques échecs qui le marquent profondément, surtout après la mort de son père, arrive à Paris et décroche un travail chez Marion. C’est une occupation commerciale dans la vente de la friperie de luxe, fort appréciée par les dames parisiennes.

Avec le souvenir d’Alméria qui le hante, il passe par quelques péripéties « juteuses »  où les scènes érotiques ne sont pas absentes.

Dans  « les morts insignifiants » de Gaëtan Ballester, on se plonge dans un environnement parisien, pas toujours régi par la morale ou les bonnes mœurs..

En quelques mots, la friperie dont il s’agit cache derrière, quelques agissements pas toujours recommandables quand il s’agit de gagner  beaucoup d’argent. Cédric qui était complètement fauché au départ, se voit offrir un pactole consistant par des femmes d’un certain âge, soucieuses d’éprouver de nouveau, en sa compagnie, les « sensations » de leur première jeunesse. On le voit donc, c’est un magasin de friperie bien spécial qui n’empêche pas notre héros, de fréquenter des lieux et des hôtels de standing où il se passe des choses proches de la prostitution. Et où la richesse est à portée de la main.
Chaque chapitre débute par une illustration et une image simplifiée qui donne déjà une idée du contenu, avec des paragraphes bien mis en page et bien structurés. Il n’y a pas à dire. L’auteur a bien soigné la présentation de son roman.
Et les personnages comme Marion Müller ajoute avec bonheur leur grain de sel et leur présence un peu sulfureuse et piquante. Le tableau est complété par la personnalité de Cédric, parfois hésitant, parfois audacieux dans les choix que lui dicte Marion, son mentor et son employeur.. Mais à la fin, retrouvera  -t-il Alméria ? Au lecteur de le découvrir dans ce roman dédié, me semble-t-il à cette société de surconsommation..

Paris est une capitale monstrueuse. Elle dévore et vomit ses habitants sur ses trottoirs, sans demander son reste. Cédric pensait pouvoir y vivre sa nouvelle vie... Sa rencontre avec Marion Müller, une dirigeante de friperie atypique, arrivera-t-elle à le sortir du trou à ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

Laisser un commentaire

Le blog de Zizine |
SAVEURS AUX YEUX |
printemps des legendes 2009 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | DEMBELE MOUSSA
| Timoun Kòlbo
| ENTRE DEUX PORTES