9 octobre 2021 0 Commentaire

Quand ma tête perd les pédales

Quand ma tête perd les pédales
Album : Quand ma tête perd les pédales

1 image
Voir l'album

« Quand ma tête perd les pédales ». C’est le cas de le dire. Avec un verbe ramassé et pointu, l’auteur nous convie à un voyage agréable à bicyclette, à travers la France du Sud-ouest, en passant par la Rochelle, Rochefort, les Landes , Bordeaux et d’autres petites localités plus charmantes les unes que les autres. On découvre des paysages merveilleux et des personnes et des familles très sympathiques, accueillantes et chaleureuses. On se laisse emporter par des doux sentiments, dans une atmosphère douce et festive. Tantôt à la première personne du singulier, tantôt à la troisième personne, l’écrivain nous promène au-delà des Pyrénées, dans sa promenade vers le Portugal, en passant par l’Espagne. Son but, tout en jouissant du spectacle en parcourant des centaines de kilomètres, de recueillir des fonds  financiers suffisants pour une association d’handicapés. Initiative louable en soi.

Son parcours lumineux et utile; est agrémenté de temps à autre par des séjours dans des campings, des auberges de jeunesse et même des familles qui lui ouvrent les portes de leurs demeures, avec grand plaisir. Non sans nouer des amitiés de passage comportant des émotions propres à ce genre de rencontres fort instructives. C’est une sorte d’aventure à vélo où l’on apprécie les différents panoramas de la France et des autres pays traversés, parfois à couper le souffle. L’auteur ne se prive pas de laisser sa plume féconde, décrire ce qui lui tient à coeur, à savoir d’abord  son entreprise philanthropique, ensuite les sentiments qu’il éprouve à chaque tournant de son échappée vers des terres plus ou moins connues, avec des peintures précises de villes, de campagnes charmantes et de montagnes saisissantes. On a même le droit d’assister à la finale de la Coupe du Monde de 2006 entre la France et l’Italie, où cette dernière triomphe dans un climat houleux, émaillé d’incidents regrettables.

Les actions se déroulent de façon chronologique depuis 1991 jusqu »aux alentours de l’année 2006, avec pour toile de fond, des parents aimants et aimables. Les  phrases se suivent ainsi dans une ambiance conviviale, où apparaît un sens de la répartie et du dialogue assez remarquable. Même si une certaine monotonie se dégage et surgit dans la lecture de quelques endroits du texte.

Quelques intervalles du roman sont fort révélateurs de l’état d’esprit de l’auteur, comme dans une autobiographie fournie en détails remplis de richesse : » Atteint par le virus du voyage, j’ai bien peur de ne pouvoir m’en passer ».  Autres aspects de cette aventure pittoresque, remplie d’imprévus et d’attraits « Je profite de quelques minutes de la traversée pour prendre des photos en repensant à ce qui vient de m’arriver ». 

Ce livre plaira aux lecteurs philanthropiques et aux amateurs d’émotions fortes, de cyclisme et aimant pratiquer le vélo comme sport d’endurance.  

"Quand ma tête perd les pédales". C'est le cas de le dire. Avec un verbe ramassé et pointu, l'auteur nous convie à un voyage agréable à bicyclette, à travers la France du Sud-ouest, en passant par la Rochelle, Rochefort, les Landes , Bordeaux ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

Laisser un commentaire

Le blog de Zizine |
SAVEURS AUX YEUX |
printemps des legendes 2009 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | DEMBELE MOUSSA
| Timoun Kòlbo
| ENTRE DEUX PORTES