• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 8 août 2008

Les livres

Posté par khalfi1 le 8 août 2008

Les livres sont un puissant dérivatif et permettent de rentrer dans les rêves des autres. Ils sont parfois une sorte de thérapie personnelle pour oublier les lourdeurs de la vie quotidienne. Quand on prend connaissance de l’écriture d’un auteur, il y a une sorte de magie qui s’opère. On oublie tout pour se plonger dans un irréel bienfaisant. On potasse des ouvrages qui vous font comprendre ceux  que vous lisez, le mouvement de leurs pensées et de leur personnages, la belle description des lieux et des paysages, les sentiments sublimes qu’éprouvent les héros de l’histoire. Un autre monde plein d’inconnu. Vous suivez avec délice, le cheminement du récit qui vous porte vers l’évasion et l’oubli de tout ce qui vous entoure. J’aime lire, aussi bien les écrivains anciens que les nouveaux que je découvre, ravi, au cours de mes pérégrinations sur Internet.
Quand j’ai un livre entre les mains, je ne peux empêcher la curiosité de me saisir et les frissons de me parcourir à l’idée que je vais découvrir la personnalité de l’auteur, son talent, son art, son habilité à raconter ce qui lui étreint le coeur ou submerge sa conscience. Les écrivains sont comme des dons de la nature, aptes à vous révéler les secrets qui vous échappent ou à vous donner une autre vision du monde. Ou parfois de vous-mêmes. Lire devient comme une drogue dont on ne peut plus s’en passer. Comme l’air qu’on respire ou les aliments qu’on mange. C’est en quelque sorte, la nourriture de l’esprit. Je ne veux pas être prétentieux mais la littérature me permet de mieux cerner le sens des amours éternelles, et de m’éloigner des vanités humaines périssables, basées sur l’argent, la fortune, les fausses gloires, les faux mirages, les notoriétés préfabriquées et les apparences trompeuses.

Publié dans littérature | 9 Commentaires »

 

Le blog de Zizine |
SAVEURS AUX YEUX |
printemps des legendes 2009 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | DEMBELE MOUSSA
| Timoun Kòlbo
| ENTRE DEUX PORTES