• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 26 mai 2008

La raison et le coeur

Posté par khalfi1 le 26 mai 2008

On dit souvent qu’il vaut mieux suivre sa raison plutôt que d’écouter son coeur. Les temps modernes avec leurs disciplines consacrées aux technologies de pointe et aux sciences appliquées tendent à nous démontrer la supériorité de la raison froide sur la chaleur des études humaines.

L’observation des phénomènes extérieurs et de leur interprétation par le raisonnement scientifique conduisent, aussi paradoxal que cela puisse paraître, à négliger notre propre devenir intérieur. Ne dit-on pas  » Connais-toi d’abord toi-même avant de formuler un jugement sur les autres. » Mais dans ces conditions, comment ne pas verser dans le domaine de l’exagération et du narcissisme?

Toutefois, cela n’empêche pas d’exprimer ses sentiments avec une certaine poésie, je dirais même un certain lyrisme. Car la poésie nous berce par la musique qui s’en dégage. Elle relate avec une puissance évocatrice très forte, ce qui remue le plus, notre imagination et notre coeur. Elle nous transporte hors de la réalité, des pesanteurs quotidiennes et nous fait vibrer comme les cordes d’une guitare ou les touches d’un piano.

Il semble donc qu’il est pratiquement impossible de supprimer la part de la raison qui existe dans le coeur et la part du coeur qui se dissimule dans la raison. Leur complémentarité ne peut que résulter de la complémentarité de tout être humain avec son semblable. Les deux concepts forment un tout indissociable dans le conscient et l’inconscient de l’individu. C’est à dire que la raison elle-même peut être poésie et les savants qui inventent chaque jour des théories ou des choses nouvelles sont en quelque sorte, eux-mêmes, des poètes.

Pour résumer, l’homme a besoin aussi bien de son coeur que de sa raison. Bien que parfois, le coeur a ses raisons que la raison ignore.

Publié dans divers | 2 Commentaires »

 

Le blog de Zizine |
SAVEURS AUX YEUX |
printemps des legendes 2009 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | DEMBELE MOUSSA
| Timoun Kòlbo
| ENTRE DEUX PORTES